Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une meilleure expérience de navigation. Continuer à le visiter signifie que vous acceptez leur utilisation.

Éducation à l'Environnement
Faune, flore, champignons, jardinage, environnement, pédagogie, patrimoine...




Google
Recherche personnalisée

      8-1 Urbanisation     


 


Accueil

Pages principales
Environnement
Nature : Faune, Flore
Jardinage
Pédagogie
Patrimoine
Activités
Classes vertes
La ferme pédagogique
Haut-Pays Niçois
Listes et Index
Glossaires
Multimédia
Livres
Liens
Nouveautés
Collaborations
Références
Rechercher

Page(s) de niveau supérieur
L'enfant et l'environnement
12 questions d'actualité
100 questions
Développement durable

Page(s) de même niveau
que la page actuelle
Page d'avant
Page parente
Page d'après

Avant-propos
Préface
1-1 Pollution des eaux
1-2 Pollution des eaux
2-1 Biodiversité
2-2 Biodiversité
3-1 Effet de serre
3-2 Effet de serre
4-1 Polluants de l'air
4-2 Polluants de l'air
5-1 Déforestation
5-2 Déforestation
6-1 Désertification
6-2 Désertification
7-1 Ressources
7-2 Ressources
8-1 Urbanisation
8-2 Urbanisation
9-1 Déchets
9-2 Déchets
10-1 Energie
10-2 Energie
11-1 Biotechnologies
11-2 Biotechnologies
12-1 Développement durable
12-2 Développement durable
Postface

Page(s) de niveau inférieur


 

 

Ville et comportements urbains

 

La cité aux contours jadis bien délimités, a été traditionnellement un lieu de culture caractérisée par la civilité de ses habitants. L'exode rural a provoqué une concentration de plus en plus grande de la population dans des grands centres urbains, entraînant la transformation progressive des cités en mégalopoles. Les grandes villes sont devenues de vastes agglomérations dont les limites avec le monde rural sont mal définies. Certes la ville concentre encore en elle culture, divertissement, pouvoir, et représente un pôle d'attraction, mais c'est aussi un environnement où les conditions de vie deviennent de plus en plus difficiles. Et les stress encourus par les citadins font partie de cet environnement. Gabriel Moser
Université René Descartes, Paris V.
Laboratoire de Psychologie de l'Environnement, URA CNR5 1270.

Gabriel MOSER est professeur de Psychologie Sociale et de l'Environnement. Directeur du Laboratoire de Psychologie de l'Environnement, URA CNRS 1270, il s'intéresse plus particulièrement aux effets du stress sur les comportements en milieu urbain (agression, civilité, relations interpersonnelles).

Une des caractéristiques essentielles de la ville est l'intégration et la cohésion sociale de la collectivité qui la compose. La ville, en tant qu'ensemble structuré avec un centre d'attraction et une histoire propre, est aux antipodes des grandes agglomérations composées d'habitats hétéroclites ajoutés les uns aux autres sans structure. L'extension des agglomérations donne lieu à un zonage de l'espace. Il s'accompagne d'une mobilité individuelle caractérisée par plusieurs niveaux de fonctionnement qui s'étend du local au bassin de vie élargie. On assiste aujourd'hui à un phénomène de désintégration progressive du tissu urbain, et à un étalement diffus des grandes agglomérations auxquelles seuls les réseaux de transports urbains donnent encore un semblant de structure urbaine avec un centre et une périphérie.

L'environnement urbain est davantage exigeant et contraignant : les déplacements quotidiens du domicile au travail, sur autoroutes ou en transports collectifs, représentent un stress non négligeable auquel s'ajoutent des conditions physiques stressantes (bruits, pollution et densité).

La vie en ville n'a pas seulement des aspects négatifs. Des stimulations intenses, complexes et sans cesse renouvelées représentent un enrichissement. Ainsi, pour certains, la ville procure un niveau idéal de stimulation et représente un cadre optimum pour leurs activités. Elle offre une multitude d'opportunités de toutes sortes, une grande diversité de lieux (parcs, rues piétonnes, centres commerciaux etc.) et de possibilités de contacts presque inépuisables.

Dans les quartiers à population hétérogène le sentiment d'insécurité est plus grand, et c'est essentiellement le degré d'intégration de l'individu dans son voisinage immédiat qui conditionne son sentiment de sécurité ou d'insécurité. En outre, on constate que, plus la taille des immeubles de résidence est élevée, moins l'espace hors de l'habitation est utilisé, moins il y a de services proposés (commerces etc.), et moins il y a d'interactions sociales. Cet état de fait a deux conséquences : d'une part les habitants perçoivent moins les autres comme susceptibles de les aider et d'autre part ils éprouvent davantage de craintes. En d'autres termes, la nature du cadre bâti encouragerait plus ou moins l'individu à étendre sa zone de fréquentation hors de l'habitat vers des zones proches, ce qui augmenterait le sentiment d'insécurité, dans la mesure où ce dernier est positivement lié à la perte de contrôle territorial. Et les signes d'incivilité environnementale (dégradation des espaces verts, graffiti et autre vandalisme) augmentent à leur tour le sentiment d'absence de contrôle territorial.

La perception de l'environnement urbain

La perception et l'évaluation que l'individu peut avoir de la ville est essentiellement fonction de deux paramètres : le temps de résidence et le besoin individuel de stimulation. L'attraction principale du centre-ville est constituée par la proximité des commerçants, en revanche, les gens sont vus comme plus amicaux en périphérie et en banlieue. Les aspects négatifs (circulation, bruit, compétition et hétérogénéité de la population) sont soulignés au centre-ville et différencient celui-ci des quartiers périphériques. La délinquance et la criminalité sont considérés comme un des aspects les plus négatifs de la vie en ville, et bien qu'il n'y ait pas de liaison directe entre le taux de criminalité et le sentiment d'insécurité, la peur d'être victime d'un incident y est particulièrement fréquente. Or les grandes agglomérations se distinguent des petites villes non seulement par une population plus nombreuse et une plus forte densité résidentielle, mais également par une plus grande hétérogénéité de ses habitants.

L'adaptation à la vie en ville

Les villes sont, d'une manière générale, moins agréables à vivre. Les contraintes que font subir aux habitants les grandes agglomérations (embouteillages, foule, peur de la délinquance) sont une conséquence de la surpopulation. Ces contraintes entraînent un sentiment de compétition et de marginalité. L'individu réagit alors par l'établissement de priorités dans ses interactions et exclut un certain nombre de contacts. Bref il s'isole, et il devient méfiant envers autrui.

Plus particulièrement, on peut distinguer trois modes d'adaptation : faire face en choisissant les priorités ; se protéger en dressant autour de soi des barrières psychologiques; créer des règles et des institutions.

L'effort d'adaptation particulier que nécessite la vie en ville est illustré par le fait que les individus ayant récemment déménagé en ville planifient davantage leurs actions et leurs déplacements dans ce nouvel environnement. Ceci est davantage le cas s'ils viennent d'une région rurale que s'ils viennent d'une autre grande ville. Ces derniers sont plus détendus, vraisemblablement parce qu'ils ressentent moins le stress que représente la vie en ville, y étant déjà habitués. Il y a en outre un certain nombre d'activités que les individus accomplissent plus rapidement dans les grandes villes que dans les petites villes de province. Quand on mesure la vitesse de déplacement des habitants, on constate que celle-ci augmente avec la taille de l'agglomération. On observe également de fortes différences interculturelles de comportement entre les habitants de différentes grandes villes : les Chinois acceptent des conditions de forte densité, sont réservés sur le plan affectif et ont une vie familiale très réglée, vraisemblablement en raison d'une adaptation à la densité intérieure élevée dans les habitations. A Tokyo il y a un taux très faible de vandalisme et de délinquance parce que cette ville est constituée de petits villages qui facilitent le contrôle social. Porter le regard sur des cultures différentes de la nôtre permet de constater que les possibilités d'adaptation et les comportements compensatoires des citadins sont multiples quand ils ont pour contexte des structures sociales stables. Or les grandes agglomérations de cette fin de XXème siècle se caractérisent par une certaine dégradation sociale, ce qui rend difficile les comportements compensatoires tels qu'ils peuvent être observés dans d'autres cultures.

Les comportements spécifiquement urbains

L'effort d'adaptation aux conditions de vie fournit par les habitants des grandes agglomérations entraîne un certain nombre de conséquences cognitives et comportementales.

Quand on demande aux sujets de parcourir un grand magasin en tâchant de retenir le plus d'éléments possibles, on constate que la densité dégrade la mémoire périphérique, les aspects secondaires sont moins bien retenus. Et l'on observe un comportement d'achat perturbé, notamment plus de difficultés à choisir dans des conditions de forte densité. Cependant, quand on informe au préalable les sujets que la densité risque de produire un état d'excitation altérant les capacités cognitives, ces effets ne se produisent pas. Les performances et les comportements des enfants vivant dans des appartements surpeuplés sont moins bonnes comparées aux performances d'enfants vivant dans un milieu moins dense. Des résultats analogues sont obtenus si l'on compare des classes surchargées ou non.

Les citadins se caractérisent par un certain nombre de comportements spécifiques de repli sur soi. La confiance en autrui est moindre en ville, et les individus lient moins facilement connaissance avec des étrangers. Les habitants d'immeubles ou de quartiers à densité élevée ont moins de contacts oculaires, une plus grande distance interpersonnelle, et moins de conversations spontanées. Les piétons marchent non seulement plus vite, mais ils regardent également droit devant eux et négligent ce qui se passe immédiatement autour d'eux. Il est manifeste que les citadins se ménagent une certaine privativité en évitant d'avoir des contacts avec autrui. Ainsi des individus fraîchement arrivés dans une grande ville estiment plus difficile de se faire des amis que dans une petite ville. Cette relative indifférence vis-à-vis des autres a-t-elle une incidence sur le comportement prosocial ?

L'absence d'aide mutuelle a été décrite comme une des caractéristiques de la vie dans les grandes agglomérations. L'environnement urbain a comme effet de diminuer un certain nombre de conduites d'aide à autrui telles que renseigner un passant, aider quelqu'un à ramasser ce qu'il a laissé tomber, secourir quelqu'un qui a des difficultés, etc... Le fait de ne pas être sensible à la détresse d'autrui dans les grandes villes est illustré par un fait divers célèbre, le cas Genovèse, une jeune fille assassinée en pleine rue à New York en présence d'un nombre élevé de témoins. Cette non-assistance à personne en danger a été expliquée par la dilution de la responsabilité. La responsabilité individuelle est abandonnée au profit d'un anonymat que protège la présence d'autrui.

Pour expliquer la plus grande fréquence des conduites agressives en milieu urbain, il faut tenir compte de la manière dont l'individu appréhende la situation. Globalement, les conditions urbaines fonctionnent comme facteurs de stress, et sont susceptibles d'entraîner les effets suivants :

    1- un effet d'activation, d'où la constatation que certains comportements dominants dans une situation donnée sont amplifiés. Les conditions physiques peuvent donc, par un effet de transfert d'excitation, favoriser le comportement d'agression du sujet ;

    2- un effet d'interférence avec le comportement de l'individu. L'inadéquation de l'environnement peut empêcher celui-ci d'atteindre certains buts et entraîner un sentiment de perte de contrôle sur l'environnement. La perte de contrôle aussi bien que la tentative de maîtriser la situation s'accompagne fréquemment de manifestations d'agression ;

    3- un effet de gêne et d'inconfort extrême que l'individu va tenter d'arrêter en fuyant la situation. Si toutefois cela se révèle impossible, des conduites d'agression instrumentales (c'est-à-dire destinées à mettre fin à la situation désagréable) ou hostiles peuvent apparaître. A cela s'ajoute, dans des environnements complexes, une surcharge de sollicitations auxquelles le sujet ne peut qu'inadéquatement faire face, ce qui augmente le risque de conduites mal adaptées à la situation, et par conséquent aussi le risque de conduites agressives.

En définitive, la vie urbaine est caractérisée d'une part par des phénomènes sociaux tels que l'anonymat, un moindre contrôle social, une insécurité plus forte et le sentiment de risque qui l'accompagne, et d'autre part par un certain nombre de conditions de vie particulières, notamment une relative limitation des ressources disponibles qui se répercute sur la vie quotidienne. L'ensemble de ces conditions stressantes entraîne de la part de l'individu des comportements spécifiques d'adaptation. Dans la mesure où les citadins ont des comportements habituels différents de ceux des habitants des petites villes, notamment l'indifférence vis-à-vis d'autrui et le repli sur soi qui ont été principalement mis en évidence à travers les conduites d'aide, ils réagissent en fonction de leur niveau d'exposition habituel aux différentes conditions stressantes, en l'occurrence les conditions environnementales générales propres à la ville. Bon nombre de ces comportements qui sont des comportements typiquement urbains trouvent leurs origine dans les tentatives de contrôle et de maîtrise d'une situation contraignante. De ce point de vue, la vie en ville nécessite un apprentissage pour faire face efficacement et se ménager des zones de contrôle et de protection.

POUR EN SAVOIR PLUS

Burgel G.,
La ville aujourd'hui. Paris : Hachette, 1993.

Lévy-Leboyer C.,
Psychologie et Environnement. Paris : PUF, 1980.

Moser G.,
Les stress urbains. Paris : Armand Colin, 1992.

dernière mise à jour : 07/02/2017

Mon coup de coeur
l'Oasis Bellecombe

La cabane aux sorcières dans les arbres de l'éco-site Oasis Bellecombe

La cabane des sorcières dans les arbres sous la neige au réveil !

Deux super nuits passées (à 70 ans !) dans la cabane aux sorcières dans les arbres de l'éco-site Oasis Bellecombe avec la surprise de la neige au réveil ! A découvrir, en compagnie de Michel votre hôte passionné, par les amoureux de la nature et de sa conservation (accueil aussi en yourte, tipi, roulotte ou votre tente)

Galeries de gravures, illustrations sur l'environnement, la nature, le patrimoine...

 

Mes photos gratuites
Des centaines de photos libres de droits

 

Coloriages
des centaines de coloriages, dessins, gravures

 

Informations et documents
pour usages scolaires, educatifs, animation, loisirs...

 

Dessins
environnement et patrimoine

 

Timbres de France et du Monde

 

Coloriages, dessins, gravures

 



Classement de sites - Inscrivez le vôtre!

 

Faune, flore, champignons, jardinage, environnement, pédagogie, patrimoine...
Glossaires - Recherche - Macros - Photos - Vidéos - Liens - Plan du site
Patrimoine - Haut Pays - Mercantour - Vésubie - Ferme pédagogique 

Google
Recherche personnalisée

Page d'avant Page parente Page d'après

Sites amis

Galerie de photos, dessins, gravures, illustrations sur l'environnement, la nature, le patrimoine...

Education à l'environnement le Blog : photos, dessins, gravures...

La Camargue, protection et développement d'un delta : 50 fiches documentaires

Les Moyens Pays de la Région PACA : fiches pédagogiques pour l'éducation à l'environnement

La ferme pédagogique de Roquebillière : accueil des groupes, classes, centres de loisirs...

Roquebillière : le  village

Haut  pays niçois : 8 vallées, 50 villages, le Mercantour

Jardinage traditionnel en Provence : légumes, fleurs, fruits, culture, soins

Jardins et jardinage expliqué par nos anciens

Proverbes et dictons : plusieurs milliers, nature, animaux, vie rurale...

Proverbes préférés ou insolites expliqués par des auteurs classiques

Mes photos gratuites : des centaines de photos libres de droits

Galerie de photos nature : fleurs, animaux, champignons, coloriages, gravures, timbres...

Coloriages, dessins, gravures : des centaines coloriages animaux,  plantes...

Dessins : des milliers d'images, illustrations, gravures, cliparts, peintures, lithographies anciennes

Timbres de France et du monde, nombreux thèmes, pays

Les fables de la Fontaine : toutes les fables avec illustrations

La Bible : intégrale avec définitions du vocabulaire

La Bible illustrée par Gustave Doré : 235 gravures

Chevaux Quarter Horses : élevage vente de poulains et pouliches

AVOCAP Cabinet d'avocat Nice et Carros

Fromage : fabrication artisanale de la tomme de vaches

Matelassier : matelas laine, fabrication, rénovation, artisan du haut pays niçois

Galeries de gravures, illustrations sur l'environnement, la nature, le patrimoine...

Informations et documents pour usages scolaires, éducatifs, animation, loisirs...

Timbres de France et du Monde

Coloriages, dessins, gravures

Préparation médecine PACES - Cogit'up

Histoire naturelle

 

-----

Dernière mise à jour du site le 07/02/2017
Toute remarque concernant ce site peut être envoyée au Webmestre
copyright © 2001-2016
RC