Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une meilleure expérience de navigation. Continuer à le visiter signifie que vous acceptez leur utilisation.

Éducation à l'Environnement
Faune, flore, champignons, jardinage, environnement, pédagogie, patrimoine...




Google
Recherche personnalisée

      7-2 Ressources     


 


Accueil

Pages principales
Environnement
Nature : Faune, Flore
Jardinage
Pédagogie
Patrimoine
Activités
Classes vertes
La ferme pédagogique
Haut-Pays Niçois
Listes et Index
Glossaires
Multimédia
Livres
Liens
Nouveautés
Collaborations
Références
Rechercher

Page(s) de niveau supérieur
L'enfant et l'environnement
12 questions d'actualité
100 questions
Développement durable

Page(s) de même niveau
que la page actuelle
Page d'avant
Page parente
Page d'après

Avant-propos
Préface
1-1 Pollution des eaux
1-2 Pollution des eaux
2-1 Biodiversité
2-2 Biodiversité
3-1 Effet de serre
3-2 Effet de serre
4-1 Polluants de l'air
4-2 Polluants de l'air
5-1 Déforestation
5-2 Déforestation
6-1 Désertification
6-2 Désertification
7-1 Ressources
7-2 Ressources
8-1 Urbanisation
8-2 Urbanisation
9-1 Déchets
9-2 Déchets
10-1 Energie
10-2 Energie
11-1 Biotechnologies
11-2 Biotechnologies
12-1 Développement durable
12-2 Développement durable
Postface

Page(s) de niveau inférieur


 

 

Les ressources minérales

Les biens et services que consomme et accumule toute société, incorporent dans des proportions diverses des biens qui n'ont pas été produits par l'homme, ni directement, ni indirectement. On appelle ressource primaire ou ressource naturelle, ou plus simplement ressource (sans qualificatif), ce genre de biens. Pratiquement toutes les disciplines des sciences sociales sont peu ou prou concernées par la façon dont les sociétés s'organisent pour les exploiter, la façon dont leur disponibilité conditionne en retour la structure de fonctionnement des dites sociétés et par la dynamique qui peut ainsi s'enclencher Michel Moreaux
Université des Sciences Sociales de Toulouse, ERNA-INRA et IDEI.

Michel MOREAUX est professeur de sciences économiques à l'Université de sciences sociales de Toulouse. Spécialiste d'économie industrielle et d'économie des ressources naturelles, il est directeur de recherche à l'IDEl (Institut d'Economie Industrielle de Toulouse) et directeur scientifique de l'équipe ERNA (Économie des Ressources Naturelles) de l'Institut National de la Recherche Agronomique. Il dirige à l'Université de Toulouse la formation doctorale ERNEA (Économie des Ressources Naturelles, de l'Énergie et de l'Agriculture), créée à son initiative.

La distinction entre ressource renouvelable et ressource non-renouvelable (1) est l'une des grandes distinctions permettant de penser l'usage optimal des ressources. En fait, il s'agit moins d'une dichotomie que d'un spectre. L'une des extrémités du spectre est constituée des biens soumis aux grands cycles de régénération comme l'eau et l'air, indispensables à la vie. Le fonctionnement de ces cycles, localement depuis très longtemps et globalement depuis récemment, est fortement influencé par l'activité de l'homme.

À l'autre extrémité du spectre, on rencontre des ressources dont le cycle de renouvellement est si lent, qu'on doit les considérer comme non-renouvelables. Elles comprennent la plupart des ressources énergétiques actuellement exploitées (charbon, pétrole, gaz naturel, uranium), la plupart des matières premières industrielles ou des matériaux de construction, à l'exception notable du bois, et de certaines matières végétales ou animales encore utilisées en proportion importante par l'industrie textile (coton, laine, etc...), et bien sûr des matières premières de l'industrie agro-alimentaire.

Disponibilités en ressources non-renouvelables

Une première façon d'apprécier les disponibilités en ressources non-renouvelables est d'examiner la composition de la croûte terrestre. Le tableau suivant en donne les principaux constituants (2).
 

Ressources minérales : Tableau 1 - Principaux constituants de la croûte terrestre et de la croûte continentale

Tableau 1 - Principaux constituants de la croûte terrestre et de la croûte continentale (en % du poids total) - Brobst (1979).

Il est clair que de nombreux éléments utilisés par l'industrie ne sont présents qu'en proportion infime, moins de 1 % de la masse disponible.

Le tableau 2 donne une image de la densité de certains de ces produits. La comparaison des colonnes 2 et 3 donne une idée des concentrations économiquement utiles. Ce sont moins les volumes totaux qui importent que les volumes fortement concentrés et faciles d'accès. Ces concentrations d'accès facile sont plus ou moins bien connues.

Ressources minérales terrestres : Tableau 2 - Disponibilités dans la croûte terrestre des principaux métaux

Tableau 2 - Disponibilités dans la croûte terrestre des principaux métaux Brobst, op.cit.

La grille suivante est la grille de présentation de l'US Bureau of Mines, la grille généralement utilisée (3).

Ressources minérales terrestres : Tableau 3 - Réserves et base de réserve des principaux métaux en 1992

Tableau 3 - Réserves et base de réserve des principaux métaux en 1992, en milliers de tonnes (source : World Resources 1994-1995)

Parmi les autres gisements, il ne faut pas négliger ceux de la récupération et du recyclage. Pour certaines ressources, ces gisements contribuent significativement à la production, comme le montre le tableau 4.

Ressources minérales terrestres : Tableau 4 - Evolution du pourcentage de la production de certains métaux obtenu à partir de produits de récupération,

Tableau 4 - Evolution du pourcentage de la production de certains métaux obtenu à partir de produits de récupération, (source : Ch. J. Schmitz, World Non-Ferrous Métal Production and Prices 1700-1976, Frank Cass, 1979)

Besoins et ajustement aux disponibilités

Partons du rythme auquel les réserves dont nous disposons sont utilisées ; le tableau suivant montre en combien d'années les réserves seraient épuisées.

Ressources minérales terrestres : Tableau 5 - Horizon d'épuisement des réserves et des bases de réserve des principaux métaux

Tableau 5 - Horizon d'épuisement des réserves et des bases de réserve des principaux métaux (en années). Source : World Resources 1994-1995.

Ce genre de calcul est terriblement simpliste. Pourquoi prendre la consommation présente ? On pourrait préférer prendre l'évolution des consommations, en déterminer la tendance par des méthodes statistiques, projeter cette tendance et la mettre en regard des disponibilités. C'est ce genre de calcul qui avait été fait il y a 25 ans par le Club de Rome dans un rapport qui eut à l'époque quelque retentissement. Il prévoyait par exemple que les réserves de plomb auraient dues être épuisées aujourd'hui ! Une analyse plus fine partirait du fait que les consommations sont fortement liées au niveau de développement. Prenons l'exemple de l'aluminium. Le Japon et les États-Unis ont aujourd'hui la consommation par tête la plus élevée et elle tend à stagner. Si la consommation par tête actuelle des États-Unis devait être le standard de convergence, alors la consommation de la Corée du Sud devrait passer de 383 milliers de tonnes à 800 et celle de la Chine de 800 à 16 560, et ce, en supposant constants les niveaux de population de ces pays. A l'échelon mondial, l'hypothèse d'une constance de la population n'est pas tenable. En fait, les horizons d'épuisement devraient être plus proches que ne le suggère le simple rapport Réserves/Consommation estimé aujourd'hui.

Il est une autre variable d'ajustement des consommations : le prix. Si une ressource devait se raréfier, son prix aurait tendance à s'élever et ce mouvement du prix devrait avoir les conséquences suivantes. D'abord les utilisateurs devraient substituer à cette ressource d'autres ressources dont le prix n'augmente pas, ou augmente moins vite. Ces substitutions interviennent à plusieurs stades du processus de production et d'utilisation des biens. Les usagers finals, les consommateurs des biens pour lesquels cette ressource est une composante significative du prix de vente, devraient lui préférer d'autres biens qui incorporent des ressources dont le prix a moins augmenté. Les producteurs des biens en question vont eux aussi essayer de modifier la composition de leurs produits. Du côté de l'offre maintenant, certains gisements qui n'étaient pas économiquement exploitables vont le devenir. L'effort de recherche de nouveaux gisements va s'intensifier. Enfin, la rentabilité du recyclage devrait s'améliorer. Il existe donc, grâce aux marchés, des mécanismes puissants de mobilisation et de redéploiement de l'industrie et des modes de consommation.

Le marché du plomb est un bon exemple d'efficacité du système des marchés. On remarque que l'horizon d'épuisement des réserves et de la base de réserves du plomb est assez court, 18 et 38 ans respectivement. Dans ses études de la fin des années 60 et du début des années 70 le Club de Rome prévoyait l'épuisement de ces réserves pour 1990. L'horizon d'épuisement était donc à peu près le même que celui d'aujourd'hui. Les projections de consommation avaient surestimé la croissance de la demande, sous-estime les réserves économiquement exploitables et le recyclage.

Les marchés fonctionnent plus ou moins efficacement, mais ce sont des systèmes de traitement de l'information assez performants, malgré leurs défauts. De plus, concernant les ressources non-renouvelables, les dysfonctionnements vont dans le sens d'un ralentissement de la consommation. Un monopole ou un cartel (un groupement d'entreprises qui se comporte comme un monopole) à tendance à fixer un prix plus élevé que le prix qui s'établirait sur un marché parfaitement concurrentiel. Ce prix plus élevé freine la consommation et recule donc l'horizon d'épuisement des réserves.

En fait ce qu'il faudrait plutôt craindre, c'est l'absence de marché. Les problèmes les plus graves actuellement posés par l'usage des ressources non-renouvelables sont des problèmes de rejet dans l'environnement (métaux lourds par exemple) pour lesquels il est très difficile d'organiser de véritables marchés.

POUR EN SAVOIR PLUS

Sur les disponibilités et la géographie des ressources :
P.N. Giraud, Géopolitique des ressources minières, Economica, Paris 1983.

Sur les différentes notions de disponibilité:
D.A. Brobst, "Fundamental concepts for the analysis of resource availability", 1979, in V. Kerry-Smith, éd., Scarcity and Growth Reconsidered, Johns Hopkins Press, Baltimore, 1979.

Pour des mises à jour statistiques régulières :
World Resources. Ouvrage paraissant tous les deux ans (dernière édition, 1994, World Resources 1994-1995, Oxford University Press) qui comprend les principales séries statistiques sur les ressources renouvelables, non renouvelables et l'environnement.

Sur l'économie des ressources :
La meilleure recension est celle du Handbook of Natural Resource and Energy Economics en trois volumes. A. V. Kneese et L. Sweeney, Handbook of Natural Resource and Energy Economics, Vol. I (1985), Vol. II (1985) et Vol. III (1993), North-Holland, Amsterdam.

Un ouvrage classique
régulièrement réédité est le manuel de P.S. Dasgupta et G.M. Heal, Economic Theory and Exhaustible Resources, Cambridge University Press, Cambridge (G.B.).

Pour exercer son esprit critique :
Le point de vue tout va mal, nous sommes au bord du précipice : L. Brown, L'état de la planète. Chaque année un ensemble de dossiers expliquent pourquoi dans tel ou tel domaine nous sommes à la veille d'une catastrophe.

Le point de vue tout va bien : J.L. Simon, The Ultimate Resource, Princeton University Press, Princeton, 1981. Pour J.L. Simon la ressource ultime est l'homme, dont le génie est inépuisable.

Un exemple d'erreur magistrale de prévision, et probablement de manipulation médiatique en l'occurrence réussie :
D.H. Meadows, D.L. Meadows, J. Randers et W.W. Behrens III, Halte à la croissance : Rapport sur les limites de la croissance, version française,
Fayard, Paris ; 1972.

---

1- On s'intéressera dans ce texte aux ressources dites non-renouvelables, la majorité des contributions de cet ouvrage concernant les ressources renouvelables (à l'exception des chapitres sur l'énergie. -Retour-

2- Masan, Vinogradov, Skinner et Taylor sont les scientifiques qui ont procédé à l'estimation de ces constituants. -Retour-

3-Par "réserve" il faut comprendre des gisements identifiés et évalués économiquement exploitable et par "base de réserve" des gisements non parfaitement évalués et économiquement exploitable -Retour-

dernière mise à jour : 07/02/2017

Mon coup de coeur
l'Oasis Bellecombe

La cabane aux sorcières dans les arbres de l'éco-site Oasis Bellecombe

La cabane des sorcières dans les arbres sous la neige au réveil !

Deux super nuits passées (à 70 ans !) dans la cabane aux sorcières dans les arbres de l'éco-site Oasis Bellecombe avec la surprise de la neige au réveil ! A découvrir, en compagnie de Michel votre hôte passionné, par les amoureux de la nature et de sa conservation (accueil aussi en yourte, tipi, roulotte ou votre tente)

Galeries de gravures, illustrations sur l'environnement, la nature, le patrimoine...

 

Mes photos gratuites
Des centaines de photos libres de droits

 

Coloriages
des centaines de coloriages, dessins, gravures

 

Informations et documents
pour usages scolaires, educatifs, animation, loisirs...

 

Dessins
environnement et patrimoine

 

Timbres de France et du Monde

 

Coloriages, dessins, gravures

 



Classement de sites - Inscrivez le vôtre!

 

Faune, flore, champignons, jardinage, environnement, pédagogie, patrimoine...
Glossaires - Recherche - Macros - Photos - Vidéos - Liens - Plan du site
Patrimoine - Haut Pays - Mercantour - Vésubie - Ferme pédagogique 

Google
Recherche personnalisée

Page d'avant Page parente Page d'après

Sites amis

Galerie de photos, dessins, gravures, illustrations sur l'environnement, la nature, le patrimoine...

Education à l'environnement le Blog : photos, dessins, gravures...

La Camargue, protection et développement d'un delta : 50 fiches documentaires

Les Moyens Pays de la Région PACA : fiches pédagogiques pour l'éducation à l'environnement

La ferme pédagogique de Roquebillière : accueil des groupes, classes, centres de loisirs...

Roquebillière : le  village

Haut  pays niçois : 8 vallées, 50 villages, le Mercantour

Jardinage traditionnel en Provence : légumes, fleurs, fruits, culture, soins

Jardins et jardinage expliqué par nos anciens

Proverbes et dictons : plusieurs milliers, nature, animaux, vie rurale...

Proverbes préférés ou insolites expliqués par des auteurs classiques

Mes photos gratuites : des centaines de photos libres de droits

Galerie de photos nature : fleurs, animaux, champignons, coloriages, gravures, timbres...

Coloriages, dessins, gravures : des centaines coloriages animaux,  plantes...

Dessins : des milliers d'images, illustrations, gravures, cliparts, peintures, lithographies anciennes

Timbres de France et du monde, nombreux thèmes, pays

Les fables de la Fontaine : toutes les fables avec illustrations

La Bible : intégrale avec définitions du vocabulaire

La Bible illustrée par Gustave Doré : 235 gravures

Chevaux Quarter Horses : élevage vente de poulains et pouliches

AVOCAP Cabinet d'avocat Nice et Carros

Fromage : fabrication artisanale de la tomme de vaches

Matelassier : matelas laine, fabrication, rénovation, artisan du haut pays niçois

Galeries de gravures, illustrations sur l'environnement, la nature, le patrimoine...

Informations et documents pour usages scolaires, éducatifs, animation, loisirs...

Timbres de France et du Monde

Coloriages, dessins, gravures

Préparation médecine PACES - Cogit'up

Histoire naturelle

 

-----

Dernière mise à jour du site le 07/02/2017
Toute remarque concernant ce site peut être envoyée au Webmestre
copyright © 2001-2016
RC