Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une meilleure expérience de navigation. Continuer à le visiter signifie que vous acceptez leur utilisation.

Éducation à l'Environnement
Faune, flore, champignons, jardinage, environnement, pédagogie, patrimoine...




Google
Recherche personnalisée

      Pollution : les remèdes     


 


Accueil

Pages principales
Environnement
Nature : Faune, Flore
Jardinage
Pédagogie
Patrimoine
Activités
Classes vertes
La ferme pédagogique
Haut-Pays Niçois
Listes et Index
Glossaires
Multimédia
Livres
Liens
Nouveautés
Collaborations
Références
Rechercher

Page(s) de niveau supérieur
Actualité des problèmes
Epuisement des réserves
Pollutions
Protection des espèces

Page(s) de même niveau
que la page actuelle
Page d'avant
Page parente

Pollution de l'air
Pollution de l'eau
Pollution du sol
Pollution : les remèdes

Page(s) de niveau inférieur


 

 

 

IV. NOTRE ENVIRONNEMENT EST-IL MENACE ?
LES PERSPECTIVES D'AVENIR

III. - LES POLLUTIONS

Sujet inépuisable, pour lequel chaque journée apporte de nouveaux éléments à ajouter à des dossiers déjà si volumineux, le problème des pollutions peut être abordé avec les enfants de nos classes en envisageant dans chaque milieu, d'où viennent les pollutions, comment elles se manifestent, quelles sont leurs conséquences, quelles sont les atteintes à la qualité de la vie, puis quels sont les remèdes, les moyens de lutte, les actions à mener.

D - Les remèdes

II est impossible, ici, de dresser une liste exhaustive des remèdes connus et applicables. Nous ne ferons que citer les plus évidents :

I - Quelle lutte peut-on mener contre la pollution de l'air ?

II est possible de lutter contre les pollutions :

— par un meilleur réglage des appareils. Une information doit être menée, par exemple auprès des propriétaires et utilisateurs de chauffage, pour leur faire comprendre la nécessité de surveiller leurs installations :

— par le choix judicieux de combustibles industriels de façon qu'ils ne contiennent pas de gaz toxiques dans leurs fumées résiduelles. Les immeubles et grands ensembles auront intérêt à avoir des chauffages collectifs répondant aux normes de sécurité et contrôlés régulièrement et fréquemment ;

— par l'installation, dans les chaînes industrielles, de moyens de récupération de gaz ou aérosols, de filtres, etc. Le maire peut et doit intervenir auprès des autorités préfectorales (législation des établissements dangereux, insalubres ou incommodes, loi du 19 décembre 1917) pour obtenir, lors de l'enquête publique concernant l'implantation d'une usine, l'installation d'un dispositif apte à éliminer toutes nuisances et les pollutions de l'air ;

— par l'étude préalable sérieuse des emplacements des zones industrielles. Le maire possède ici un rôle prépondérant.

II doit, dans le plan d'aménagement de sa commune, prévoir, en liaison avec les services d'urbanisme, les lieux d'implantation industrielle en tenant compte des conditions topographiques et climatiques (rôle des vents dominants, fonds de vallées, etc.).

— en utilisant des remèdes naturels comme l'espace vert, absorbeur de pollution atmosphérique. On commence à étudier les plantations d'espèces végétales résistantes et peu sensibles aux divers types de pollution.

Les plantations peuvent :

— éliminer une partie des gaz toxiques. Les végétaux ont la capacité de fixer de grandes quantités de gaz carbonique. Ils fixent, suivant les espèces, les autres gaz polluants, et l'on peut, par analyse des feuilles, trouver des teneurs de soufre, fluor, etc., qui indiquent la réaction physiologique produite par cette absorption ;

— fixer et retenir les éléments fins : des poussières, goudrons et huile.

Indépendamment des plantations d'alignement, il est nécessaire de protéger et d'augmenter la superficie des espaces verts urbains qui constituent le véritable « poumon des villes » et, si besoin est, d'en créer de nouveaux.

2 - Contre la pollution des eaux : deux sortes de solutions se présentent : tout d'abord les solutions juridiques ;

nous citerons quelques articles de la loi du 16 décembre 1964 :

— Interdiction de déversement ou immersion dans les eaux de la mer de matières de toutes natures ;
— Inventaire des pollutions ;
— Périmètres de protection ;
— Raccordement des établissements privés aux installations et réseaux d'égouts communaux ;
— Obligation des dépenses d'entretien des stations de traitement des eaux usées, etc.

Viennent ensuite les solutions techniques. Elles ont leurs bases essentielles dans les efforts que nous ferons en matières de documentation, de recherches, d'études et d'enseignement qui permettront, en mettant bien les causes en évidence, tant pour le grand public que pour les spécialistes, de trouver les remèdes à la pollution. C'est une prise de conscience qui doit intervenir aussi bien sur le plan national que sur le plan international. « C'est l'action commune de tous les intéressés dans le cadre d'une Association de Bassin, l'association des collectivités et des industries, et aussi des administrations et des particuliers, en vue de la protection des eaux, qui seule sera capable de résoudre le grave problème de la pollution » (René Colas).

Parfois des opérations de plus grande envergure, à l'échelon régional ou national sont devenues indispensables :

— en France, on prévoit de protéger de nombreuses zones du littoral (Bretagne, Normandie) ;
— en Angleterre, épuration de la Trent, petite rivière anglaise polluée par l'activité industrielle des Midlands et dont les affluents sont composés par plus de 70 % d'eau d'égout en été ;
— en U.R.S.S., assainissement prévu de l'Oural et de la Volga (coût : 5 milliards de F).

Le problème reste le prix de revient de telles opérations :

— pour rendre la Loire propre aux activités balnéaires, il faut compter dépenser 40 F par an et par habitant du bassin ;
— en 1971, l'industrie américaine a dépensé 15 milliards de F pour réduire la pollution de l'air et de l'eau ;
— pour débarrasser, d'ici à 1985, les rivières et les lacs américains de toute pollution, le Sénat prévoit une dépense de 123 milliards de F. L'opposition présidentielle insiste sur les conséquences désastreuses : augmentation du coût de la vie, nécessaire accroissement des impôts, risques accrus d'inflation.

Certains spécialistes ne voient la solution que dans un surcroît de technologie. La qualité de la vie coûte cher et peut-être devient-il de plus en plus urgent de choisir entre la quantité et la qualité de vie. C'est en ces termes que le problème peut être posé, du moins en pays industrialisé. Les positions des pays en voie de développement sont certes différentes et il devient parfois difficile de définir une politique à l'échelon international.

3 - Comment lutter contre l'accumulation des déchets.

Chaque commune doit organiser au mieux l'enlèvement des ordures ménagères, et éviter la constitution de ces abominables décharges clandestines qui déshonorent si cruellement certains paysages.

Chaque Français produit (1972) 700 grammes (soit environ 5 litres) d'ordures ménagères par jour, ce qui représente plus de 10 millions de tonnes par an pour la France entière. Ces chiffres augmentent d'environ 2% par an. Dans ces ordures, on trouve en moyenne 35% de papiers et cartons, 25% de matières végétales et putrescibles, 5% de verres, 5% de métaux divers, 5% de matières plastiques ; des cendres, des chiffons, etc. Il faut y ajouter tous les déchets encombrants d'origine domestique (vieux meubles, appareils ménagers usagés, gros emballages...), les déblais et gravats, ainsi que, chaque année, 25 millions de vieux pneus, un million de voitures hors d'usage et 100000 t d'huile de vidange.

Aux Etats-Unis, la production de déchets (1972) est de 2 000 grammes par jour et par habitant.

En France même, l'utilisation des bouteilles en plastique commence à poser de graves problèmes.

Lorsqu'on analyse le tonnage des produits alimentaires qui entrent dans une grande ville comme Paris, on constate que le chiffre qui vient en tête n'est ni celui de la viande, ni celui des légumes, mais celui de l'eau « minérale » transportée parfois de fort bien loin dans des bouteilles en plastique dont l'élimination va poser tant de problèmes.

Provoquée à l'origine par le mauvais goût de l'eau des villes et savamment entretenue par une publicité habile, cette consommation d'eau minérale est-elle une solution valable ? De nombreux architectes, économistes et urbanistes se posent d'ailleurs le problème de la mise en place de doubles canalisations pour la distribution de l'eau. N'est-il pas aberrant de laver sa voiture avec de l'eau épurée à grands frais ? N'est-il pas anormal que l'eau dite potable ait si mauvais goût qu'on soit ou qu'on se croie obligé d'acheter de l'eau minérale ?

Les stations d'épuration des eaux jouent un rôle extrêmement important.

Sur le plan de la station d'épuration d'Achères, première station d'épuration des eaux en aval de Paris, on peut observer les bassins de décantation et les bassins de fermentation.

Les récupérations, réutilisations, recyclages et épurations sont certainement les solutions de l'avenir.


Centre d'épuration des eaux à Achères

On cite ainsi des usines de Hongrie qui rachètent systématiquement les vieux pneus. Leur trame est utilisée comme isolant industriel, et la gomme mélangée au bitume forme un revêtement plus plastique et résistant mieux aux différences de température.

Une entreprise de la Ruhr réutilise le verre qui, mélangé aux scories industrielles, forme un ballast et un soubassement d'infrastructure de route de très haute résistance.

Ainsi se trouve posé le problème du tri des ordures. Les métaux peuvent être séparés par magnétisme. Il faudrait systématiser les procédés de séparation et de réutilisation.

Des produits, déjà toxiques en eux-mêmes, peuvent, lorsqu'ils sont combinés, devenir extrêmement dangereux. En laboratoire, certains produits employés dans l'agriculture pour la destruction des parasites sont assez peu toxiques, mais, par exemple, la combinaison du malathion et du parathion multiplie par cent la sensibilité à l'un ou à l'autre. Plus le nombre de produits conjugués augmente, plus les conséquences deviennent difficiles à cerner (degré de toxicité, allergies, cancers, produits stockés dans le foie humain ou le foie de porc).

La revue « Que choisir ?» a édité le tract suivant qui traduit, au niveau des gestes quotidiens, les possibilités de diminuer les pollutions :

CONSOMMONS MIEUX, POLLUONS MOINS

ECONOMISEZ L'EAU

— Réparez les robinets et les tuyaux qui ont des fuites. Il suffit souvent de remplacer un joint.
— Ne laissez pas couler un robinet inutilement.
— Si vous remplacez les bains par des douches, sachez que cela demande jusqu'à cinq fois moins d'eau.
— Utilisez les machines à laver ou les lave-vaisselle à pleine capacité. Attendez que la vaisselle ou le linge se soient accumulés pour constituer une charge complète.
— N'utilisez que le strict minimum de papier de toilette coloré. Le papier se décompose mais le colorant pollue les eaux usées.
— N'utilisez que le strict minimum de détergents. Évitez les détergents contenant du phosphate ou des enzymes. Essayez de remplacer, autant que possible les détergents par du savon en paillettes. Le savon se dégrade spontanément dans les eaux usées.
— Ne lavez pas trop souvent votre voiture. Cela n'améliore pas l'état de la peinture. Utilisez un seau et une éponge plutôt qu'une lance d'arrosage.

ECONOMISEZ L'ENERGIE

— Les réserves d'énergie s'épuisent. La production d'énergie pollue l'eau et l'air. Tout gaspillage d'énergie implique une pollution indirecte.
— Éteignez les lumières qui ne sont pas nécessaires pour l'activité à laquelle vous vous livrez...
— Nettoyez les luminaires pour ne pas devoir y mettre des ampoules trop puissantes dont une partie de la lumière est perdue.
— La couleur du plafond et des murs a une influence sur la lumière qui sera réfléchie.
— Isolez convenablement votre maison pour diminuer la consommation de combustible.
— Il vaut mieux utiliser votre voiture le moins possible. Plus petite est sa puissance, et mieux cela vaut. Dans les deux cas, vous polluez moins.

ECONOMISEZ LES PRODUITS D'EMBALLAGE

— Le papier vient du bois. Les arbres fabriquent l'oxygène dont nous vivons, protègent de l'érosion, préservent les ressources naturelles.
— N'utilisez pas des serviettes, des nappes, des gobelets, des assiettes en papier ou en carton. Les tissus en papier pour nettoyage (type kleenex) peuvent être remplacés par une éponge.
— N'utilisez pas de vêtements en papier. Le coût en est disproportionné avec l'usage.
— S'il faut choisir entre deux maux, le papier est préférable au plastique, qui ne se dégrade pas et constitue une ordure éternelle.
— N'achetez pas de quincaillerie (vis, clous, outils) vendue sur d'épais morceaux de carton couverts d'une capsule en plastique. Cet emballage coûte souvent plus cher que le produit lui-même.
— Boycottez les produits suremballés, telles les tranches de fromage individuellement emballés dans du plastique, ou les grandes boîtes de carton beaucoup plus volumineuses que le produit. Cette débauche de carton n'est pas gratuite : elle est destinée à vous faire acheter.
— Achetez de préférence en vrac dans des récipients que vous conservez pour cet usage (paniers, casiers, cartons, bouteilles).
— N'employez pas de feuilles d'aluminium. N'achetez pas de plats vendus dans des récipients d'aluminium à jeter. L'aluminium ne se dégrade pas. Il coûte cher, gaspille l'énergie (la métallurgie de l'aluminium exige 20 kWh par kilo). Il doit être réservé à des biens durables.
— Si possible n'achetez pas de produits en aérosols, ce type d'emballage coûte souvent plus cher que le produit et il risque d'exploser, même vide.
— Achetez l'eau, le vin, etc., de préférence dans des bouteilles consignées.
— Refusez les sacs (surtout en plastique) dont certains magasins vous font « cadeau » (vous le paierez de toute façon) pour emballer le moindre achat.
— Une feuille de papier est un objet noble. Il représente une parcelle de forêt.
— Favorisez le recyclage des matériaux en remettant les journaux, chiffons, papiers aux groupes philanthropiques ou aux entreprises qui les récupèrent.

ECONOMISEZ LES TRANSPORTS

— Économisez les transports : chaque fois que c'est possible utilisez la voiture à plusieurs. Observez une file de voitures : dans la plupart, il n'y a que le conducteur alors que, pour la même dépense, on peut transporter quatre personnes au moins. Pensez-y pour les trajets vers le travail, vers l'école, vers les achats.
— Encouragez l'auto-stop, même dans les villes et agglomérations. Ouvrez votre voiture aux auto-stoppeurs : des trajets faciles en stop, cela fait des véhicules en moins, donc plus de place, moins de bruit et moins de gaz d'échappement.
— Faites vous-même de l'auto-stop : plus vous serez nombreux et plus la formule paraîtra normale.
— Pour les trajets longs, prenez le train au lieu de la voiture. Le train pollue beaucoup moins et — à espace et énergie égaux — transporte beaucoup plus de voyageurs que la voiture.
— Pour les trajets courts, préférez la marche ou le vélo.

Si tous ces petits gestes quotidiens étaient multipliés par milliers, cela se traduirait très vite par une amélioration de la qualité de la vie.

Pour inviter les enfants à se documenter par eux-mêmes, on peut leur demander de découper les articles de journaux se rapportant aux problèmes d'environnement et de pollution.

Ces documents seront ensuite analysés de façon critique. Parfois, la rédaction de l'article permet directement de confronter des points de vue différents. Cette coupure du Monde (13 janvier 1973) compare les chiffres donnés par la revue « Que choisir ? » et ceux publiés par les chercheurs de l'institut scientifique et technique des pêches maritimes.

DU MERCURE DANS LES MOULES

Dans son numéro de janvier 1973, la revue « Que choisir ? » éditée par l'union fédérale des consommateurs, publie deux articles sur la pollution des produits de la mer. Ces articles « Ne mangez pas trop de poisson » et « Les Moules aussi sont polluées », dressent un tableau très noir de la situation, tellement noir que la revue conseille aux consommateurs de s'abstenir de manger ces produits.

Il est certain que les côtes sont polluées, particulièrement celles où se déversent des effluents urbains ou industriels non traités.

Si l'on en croyait « Que Choisir ? », la consommation de beaucoup de moules ramassées sur les côtes anglaises et néerlandaises serait dangereuse. La situation serait meilleure pour les coquillages venant des littoraux français et belge. La revue publie même une carte des côtes européennes, de Bordeaux à Edimbourg et du Cap Lands End à la pointe Nord du Jutland, portant indication des teneurs de mercure (en partie par million = p.p.m) trouvées dans les moules.

Malheureusement — ou heureusement — les chiffres mentionnés par « Que Choisir ? » pour le littoral français sont plus alarmants que les teneurs de mercure trouvées dans les moules par les chercheurs de l'Institut scientifique et technique des pêches maritimes (I.S.T.P.M.) en trente-deux points du littoral français au cours de quatre séries d'analyses effectuées en décembre 1971, février, juin et octobre 1972, dont les résultats vont être incessamment publiés. Rappelons que l'I.S.T.P.M. assure le contrôle des produits de la pêche. Les teneurs moyennes dosées par l'I.S.T.P.M. sont de, l'ordre de 0,01 à 0,05 p.p.m.

Diverses doses maximales admissibles ont été fixées ici ou là pour le mercure contenu dans les produits alimentaires. L'Organisation Mondiale de la Santé a proposé 0,05 p.p.m. Les Etats-Unis et le Canada ont choisi 0,5 p.p.m. ce qui a fait détruire en 1970-1971 un million de boîtes de thon. La Suède s'est contentée de 1 p.p.m., par suite de considérations scolaires nationales. La France, qui consomme relativement peu de poisson, s'est fixée pour les thons la dose limite provisoire de 0,7 p.p.m. L'I.S.T.P.M. et le laboratoire central de recherches vétérinaires ont analysé du thon en boîte venant de bateaux de pêche français : on a trouvé des doses de mercure ne dépassant pas 0,3 ou 0,4 p.p.m. de mercure. En revanche, on a refoulé des cargaisons de thon congelé provenant de Californie et contenant jusqu'à 1,6 p.p.m. de mercure.

D'où vient le mercure que l'on retrouve dans les poissons de pleine mer ? Faut-il incriminer la pollution croissante des mers ? On peut en douter depuis que des chercheurs américains ont dosé le mercure dans des thons péchés entre 1878 et 1900 et même dans des arêtes de poisson vieilles de mille ans, les uns et les autres spécimens étant conservés dans divers musées d'histoire naturelle : la teneur est la même que dans les sujets des mêmes espèces vivant aujourd'hui ! Mais, certes, il ne faut pas négliger la menace que représentent les composés organo-mercuriels, que ceux-ci proviennent, par exemple, d'effluents industriels non traités ou de produits fongicides. Le danger est très réel. Mais fallait-il aller jusqu'à recommander aux consommateurs français de ne manger ni beaucoup de poisson ni trop de moules ? »

Y.R.
In «Le Monde» (13 janv. 73)
 Qui croire ? Où est la vérité ?

Pour l'ensemble de toutes ces études relatives aux différentes pollutions, l'essentiel est que les enfants découvrent qu'il s'agit en fait de problèmes mondiaux, et de problèmes mettant en jeu la survie de l'homme.

Ce document publié dans Le Monde des 27 et 28 mai 1972 en témoigne :

L'ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE va travailler à l'élaboration des normes de pollution.

« GENEVE — L'assemblée mondiale de la santé, qui a réuni pendant trois semaines à Genève les délégués de cent vingt-trois pays vient d'adopter un budget de 82 023 000 dollars (451 millions de francs) pour 1972, ce qui représente une augmentation de plus de 9 % par rapport au budget de 1971. Une partie de cette somme sera consacrée à un programme à long terme d'amélioration de l'environnement. Selon une résolution adoptée à la fin des travaux, l'Organisation mondiale de la santé (O.M.S.) devra porter ses efforts sur les conditions d'hygiène, notamment dans les pays en voie de développement. L'O.M.S. devra, dans cette optique, stimuler le développement et la coordination de la surveillance sanitaire épidémiologique et contribuer à l'accroissement des connaissances relatives aux effets du milieu sur la santé.

L'O.M.S. envisage de travailler à l'établissement de critères quantitatifs et qualitatifs portant sur différents facteurs de pollution, et pouvant faire l'objet d'un accord international. Les recherches de l'O.M.S. dans ce domaine seront consacrées aussi bien aux polluants chimiques et biologiques de l'air, de l'eau, du sol, qu'aux bruits, aux vibrations, aux rayonnements ionisants, à la chaleur, à l'humidité et au surpeuplement.

En outre, le docteur Candau, directeur général de l'O.M.S., a été prié par l'assemblée mondiale de « lancer un appel pour obtenir des gouvernements et d'autres sources, des contributions volontaires en vue d'accélérer le rythme des efforts et de développer l'établissement des critères et des codes relatifs à la qualité de l'air et de l'eau ».

L'O.M.S. prévoit, enfin, une intensification de son action en vue d'améliorer l'approvisionnement en eau dans les pays en voie de développement. L'objectif à atteindre avant 1980 consiste à assurer à toutes les populations urbaines de ces pays, ainsi qu'à 20 % au moins de la population rurale, un approvisionnement en eau convenable. La réalisation de ce plan coûtera 7 500 000 dollars (41 millions de francs) pour les villes et 1 600 000 (8,8 millions de francs) pour les campagnes. »

Mon coup de coeur
l'Oasis Bellecombe

La cabane aux sorcières dans les arbres de l'éco-site Oasis Bellecombe

La cabane des sorcières dans les arbres sous la neige au réveil !

Deux super nuits passées (à 70 ans !) dans la cabane aux sorcières dans les arbres de l'éco-site Oasis Bellecombe avec la surprise de la neige au réveil ! A découvrir, en compagnie de Michel votre hôte passionné, par les amoureux de la nature et de sa conservation (accueil aussi en yourte, tipi, roulotte ou votre tente)

Galeries de gravures, illustrations sur l'environnement, la nature, le patrimoine...

 

Mes photos gratuites
Des centaines de photos libres de droits

 

Coloriages
des centaines de coloriages, dessins, gravures

 

Informations et documents
pour usages scolaires, educatifs, animation, loisirs...

 

Dessins
environnement et patrimoine

 

Timbres de France et du Monde

 

Coloriages, dessins, gravures

 



Classement de sites - Inscrivez le vôtre!

 

Faune, flore, champignons, jardinage, environnement, pédagogie, patrimoine...
Glossaires - Recherche - Macros - Photos - Vidéos - Liens - Plan du site
Patrimoine - Haut Pays - Mercantour - Vésubie - Ferme pédagogique 

Google
Recherche personnalisée

Page d'avant Page parente

Mes autres sites et sites amis

Galerie de photos, dessins, gravures, illustrations sur l'environnement, la nature, le patrimoine...

Education à l'environnement le Blog : photos, dessins, gravures...

La Camargue, protection et développement d'un delta : 50 fiches documentaires

Les Moyens Pays de la Région PACA : fiches pédagogiques pour l'éducation à l'environnement

La ferme pédagogique de Roquebillière : accueil des groupes, classes, centres de loisirs...

Roquebillière : le  village

Haut  pays niçois : 8 vallées, 50 villages, le Mercantour

Jardinage traditionnel en Provence : légumes, fleurs, fruits, culture, soins

Jardins et jardinage expliqué par nos anciens

Proverbes et dictons : plusieurs milliers, nature, animaux, vie rurale...

Proverbes préférés ou insolites expliqués par des auteurs classiques

Mes photos gratuites : des centaines de photos libres de droits

Galerie de photos nature : fleurs, animaux, champignons, coloriages, gravures, timbres...

Coloriages, dessins, gravures : des centaines coloriages animaux,  plantes...

Dessins : des milliers d'images, illustrations, gravures, cliparts, peintures, lithographies anciennes

Timbres de France et du monde, nombreux thèmes, pays

Les fables de la Fontaine : toutes les fables avec illustrations

La Bible : intégrale avec définitions du vocabulaire

La Bible illustrée par Gustave Doré : 235 gravures

Chevaux Quarter Horses : élevage vente de poulains et pouliches

Fromage : fabrication artisanale de la tomme de vaches

Matelassier : matelas laine, fabrication, rénovation, artisan du haut pays niçois

Galeries de gravures, illustrations sur l'environnement, la nature, le patrimoine...

Informations et documents pour usages scolaires, éducatifs, animation, loisirs...

Timbres de France et du Monde

Coloriages, dessins, gravures

Préparation médecine PACES - Cogit'up

Histoire naturelle

 

-----

Dernière mise à jour du site le 05/10/2017
Toute remarque concernant ce site peut être envoyée au Webmestre
copyright © 2001-2017
RC