Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une meilleure expérience de navigation. Continuer à le visiter signifie que vous acceptez leur utilisation.

Éducation à l'Environnement
Faune, flore, champignons, jardinage, environnement, pédagogie, patrimoine...




Google
Recherche personnalisée

      Insectes     


 


Accueil

Pages principales
Environnement
Nature : Faune, Flore
Jardinage
Pédagogie
Patrimoine
Activités
Classes vertes
La ferme pédagogique
Haut-Pays Niçois
Listes et Index
Glossaires
Multimédia
Livres
Liens
Nouveautés
Collaborations
Références
Rechercher

Page(s) de niveau supérieur
Annélides
Mollusques
Arthropodes
Vertébrés

Page(s) de même niveau
que la page actuelle
Page d'avant
Page parente

Arachnides
Crustacés
Myriapodes
Insectes

Page(s) de niveau inférieur


Coléoptères
Diptères
Dictyoptères
Hémiptères
Hyménoptères
Lépidoptères
Odonates
Orthoptères
Divers

 

 

Liens
Photos

 

MéloéLa classe des Insectes comporte plus d'un million d'espèces connues dans le monde, mais on estime qu'il en reste au moins autant à découvrir ! Très largement répandus, les Insectes ont en fait colonisé tous les milieux terrestres, même les plus inhospitaliers (déserts, sommets des montagnes, sources chaudes...). Pourtant, ils n'ont pas réussi à s'adapter au milieu marin où ils sont complètement absents.

Méloé

Vidéo

Les caractères propres à ce groupe d'Invertébrés peuvent être résumés simplement : l'adulte a un corps divisé en trois parties distinctes (tête, thorax et abdomen), une paire d'antennes, une paire de mandibules destinées à broyer les aliments, trois paires de pattes (d'où leur autre nom d'Hexapodes). En fait, la morphologie des Insectes, même si elle répond à ces caractéristiques de base, est souvent plus complexe. Le corps est protégé par un squelette externe, appelé cuticule, formé de plaques rigides contenant une protéine particulière : la chitine. Cette cuticule est entièrement renouvelée au cours du développement larvaire, lors des phases de mues, qui permettent la croissance de l'animal.

La tête porte les antennes, dont le rôle est sensoriel. Les appendices buccaux sont modifiés selon les espèces. On en distingue quatre types principaux :

bulletles insectes de type broyeur, le plus primitif, que l'on trouve notamment chez les blattes.
bulletles insectes de type broyeur-lécheur, dans lequel le labium est transformé en une langue velue et creuse (abeilles, guêpes).
bulletles insectes de type piqueur présent, quoiqu'un peu différent, chez les moustiques et les punaises.
bulletles insectes type suceur tels les papillons, où les maxillules forment une trompe qui s'enroule sur elle-même.

Le thorax des insectes est formé de trois segments dont chacun porte une paire de pattes. Comme les pièces buccales, elles peuvent subir des transformations liées à leur fonction. Ainsi, les espèces fouisseuses, comme la courtilière, ont des pattes transformées en pelles latérales destinées à creuser le sol. D'autres, telles celles des criquets ou des sauterelles, sont adaptées au saut. Celles de la Mante religieuse sont dites ravisseuses et permettent de saisir les proies, d'autres enfin sont adaptées à la nage, comme celles des dytiques, Coléoptères aquatiques. C'est également sur le thorax des insectes que sont fixées les ailes lorsqu'elles existent, généralement deux paires. Membraneuses et transparentes, elles sont rendues rigides par des nervures contenant de la chitine. C'est le cas chez les papillons ou les libellules. Elles peuvent être différentes, comme les ailes antérieures de certains coléoptères, transformées en "élytres" coriaces qui protègent les ailes postérieures membraneuses. Chez les Diptères (mouches au sens large), les ailes postérieures sont transformées en "balanciers", qui leur permettent de diriger leur vol. L'abdomen, plus ou moins volumineux, se termine par les pièces génitales, très variables selon les espèces.

La classe des Insectes est divisée en deux sous-classes : les insectes Aptérygotes qui n'ont jamais eu d'ailes et les insectes Ptérygotes, ailés pour la plupart ou ayant perdu leurs ailes au cours de leur évolution.

Les insectes Aptérygotes sont des Insectes primitifs, dont la plupart sont de très petite taille (quelques millimètres seulement).

Les insectes Ptérygotes regroupent la majorité des espèces vivant actuellement. Cette sous-classe est composée de 23 ordres : Éphéméroptères (éphémères), Odonates (libellules, demoiselles), Dictyoptères (blattes, mantes religieuses), Isoptères (termites), Orthoptères (grillons, sauterelles), Dermaptères (perce-oreilles), Hémiptères (punaises, cigales, pucerons), Diptères (mouches, moustiques), Hyménoptères (abeilles, guêpes, fourmis, bourdons), Coléoptères (coccinelles, scarabées, hannetons), Lépidoptères (papillons)...

D'après FdF

Les insectes suivant les mois
D'après "Feuille des jeunes naturalistes" 1870

LES INSECTES AU MOIS DE MAI

Nous espérons être utiles a plus d'un de nos lecteurs en indiquant à peu près les recherches et les chasses qui seront les plus fructueuses pendant le mois au commencement duquel paraîtra chaque numéro.

Pour notre coup d'essai, c'est un bien vaste sujet à traiter ; le mois de mai est le mois par excellence pour le naturaliste, et nous conseillons d'abord à nos amis de laisser de côté, jusqu'en juillet, toutes les préparations en retard, tous les classements dans les collections, toutes les études à faire à la maison. Qu'ils passent tout le temps qu'ils peuvent au milieu de la nature : ils amasseront autant de trésors en mai et juin que dans les dix autres mois de l'année réunis. Le point capital est donc de profiter le plus possible de ces deux mois. Cette année surtout, les récoltes ont été presque infructueuses, à cause du mauvais temps jusqu'en avril, mais nous allons prendre notre revanche, il faut l'espérer.

L'ornithologiste trouvera à observer les charmants petits oiseaux qui vont commencer à construire leurs nids, à pondre leurs oeufs et à égayer les bois el les campagnes de leur gazouillement. Les reptiles ont secoué leur engourdissement d'hiver et viennent se réchauffer aux rayons du soleil de printemps. Les eaux sont peuplées d'une foule d'animaux curieux, et quoique la saison de la pêche soit un peu avancée, on trouvera encore bien des richesses pour peu qu'on se donne la peine de fouiller avec un filet les plantes et le fond des ruisseaux et des mares. C'est maintenant qu'il faut garnir les aquariums. On ne trouvera plus guère de détritus; cependant, après la fonte des neiges sur les montagnes ou après de fortes pluies, il ne faut pas négliger d'examiner les petits amas de feuilles et de tiges abandonnés par le courant; on recueillera ainsi presque sans fatigue une grande quantité de Coléoptères et de coquilles, quant aux Coléoptères el aux Hémiptères, c'est la saison véritable; on en trouve partout; le filet fauchoir surtout commencera à être un précieux auxiliaire. Nous ne saurions trop conseiller de ne pas négliger un moment cette chasse ; la préparation viendra dans les mois d'été ; il suffît de mettre les récoltes dans des boîtes avec des feuilles de laurier-cerise, pour prévenir la décomposition, et une étiquette indiquant la localité. Les Lépidoptères sortent en foule : on voit voler, parmi les nombreux «communs», plus d'une rareté. Les Hyménoptères, les Diptères butinent sur les fleurs ; les Névroptères el les Orthoptères commencent à paraître. Quant aux Araignées, elle courent avec agilité par terre et sur les murs; c'est maintenant le moment propice pour cette chasse si intéressante et si peu répandue. Les Mollusques peuvent aussi être chassés à présent, quoique la vraie époque soit surtout l'automne. On les trouvera après la pluie, dans les bois et les haies.

Les plantes phanérogames sont dans toute leur splendeur ; elles ont remplacé les champignons, les mousses de l'automne et les lichens de l'hiver.

Enfin Pentecôte n'est pas loin ; avec le mois de mai vont revenir les excursions, les courses dans les montagnes, d'où l'on revient les boîtes et les flacons pleins de chasses qui procureront une occupation agréable et intéressante pendant les longues soirées d'hiver. Heureux naturaliste ! Ton royaume s'étend à toute la nature; il est à la fois à toi seul et à tous. Que chacun accoure; il y a place pour tous au festin de la nature.

LES INSECTES AU MOIS DE JUIN.

Coléoptères. — Nous sommes maintenant en pleine saison entomologique ; encore un mois et demi, et il y aura un arrêt dans les chasses qui recommenceront en septembre. Il s'agit donc de profiter le plus tôt possible du temps qui nous reste jusqu'au mois de juillet. Le filet fauchoir fait toujours son office: c'est l'instrument indispensable à tout coléoptériste; c'est lui qui procure une bonne moitié des récoltes. Pourvu qu'il soit à la fois solide et léger, le reste est moins important. On peut faucher toutes les plantes : jamais le filet ne sera vide; cependant il y a certaines plantes qui sont préférables à d'autres : la luzerne, par exemple. Sur chaque ombellifère on est presque sûr de trouver quelques Strangalia, Leptura, Clytus, etc. ; il faut les examiner avec le plus grand soin. Le fauchoir peut généralement servir aussi de troubleau ; on peut toujours pêcher dans l'eau; les abris favoris des Hydrocanthares sont dans les touffes de plantes aquatiques qui bordent les mares et les étangs. D'un seul coup de filet on retire parfois plusieurs centaines d'individus. Le parapluie aussi est un précieux auxiliaire. On bat les arbres, les buissons au-dessus du premier parapluie venu, et surtout les buissons qui sont en fleurs ; les aubépines, les sureaux, etc. Les aubépines surtout fournissent toujours une précieuse récolte. Il faut en général examiner toutes les fleurs : on arrivera vite à reconnaître celles qui sont les meilleures pour l'entomologiste. C'est encore maintenant la saison des excursions d'un ou de quelques jours dans les montagnes, ou dans quelque localité riche en insectes. Il ne faut pas les négliger: d'abord, parce qu'elles fournissent une distraction des plus agréables à la vie de tous les jours; ensuite parce qu'on en revient presque toujours chargé d'un précieux butin. Ce sont des souvenirs bien agréables que ceux des chasses miraculeuses qui ne se font que dans ces excursions, et nous n'oublierons pas de longtemps notre excursion de Pentecôte 1869, où en une demi-journée nous avons recueilli chacun un millier d'individus, et pas des plus mauvais.

Notre Alsace est excellente pour des excursions de ce genre; on peut les varier indéfiniment et toujours revenir avec de nouvelles richesses. Les Vosges, les bords du Rhin, les forêts de la plaine sont des mines inépuisables pour l'entomologiste. N'oublions pas de citer encore les troncs coupés, les pièces de bois, les coupes dans les forêts, etc. C'est la seulement qu'on pourra prendre la plupart des Longicornes et des Buprestidés.

Hémiptères. — Il est facile pour le coléoptériste de collectionner aussi les Hémiptères. Celle classe, qui ne compte que 1.300 espèces européennes, renferme une foule d'insectes d'une grande délicatesse; aussi faut-il prendre plus de précautions avec eux qu'avec les Coléoptères. Il faut éviter d'en réunir trop dans le même flacon, et surtout de les toucher avec les doigts ; on les fait tomber dans le flacon sans y toucher, car ils perdent très facilement les pattes et les antennes. Le filet et le parapluie sont les deux instruments indispensables pour ceux qui commencent une collection d'Hémiptères. Plus tard, il faut compter surtout sur ses yeux pour distinguer à travers les herbes, sous la mousse, le thym, etc., les espèces plus rares qu'on ne trouve qu'ainsi.

Lépidoptères. — Les papillons éclosent en foule. L'année est un peu retardée et les chasses du mois de juin en seront plus abondantes. En plaine comme en forêt on peut faire son profit. Sur les routes ombragées, dans les percées des forêts, volent les Satyres, les Nymphales, les Iris, les Polyommates, les Argynnes, etc.

C'est aussi le mois par excellence des Sphingidés : ils commencent à éclore, et vers la fin du mois on trouvera leurs chenilles. — Les Sésies apparaissent surtout du 15 mai au 15 juin.

Quant aux Bombyx, on peut pratiquer, pour les prendre, la chasse à la lanterne. Le jour, ils volent dans les bois sombres ou se tiennent accrochés aux vieilles écorces. En campagne ! Profitons des beaux jours avant les fortes chaleurs.

Arachnides. — On trouvera dans le filet fauchoir et dans le parapluie de nombreuses araignées que nous conseillons beaucoup de prendre ; c'est une chasse fort négligée et qui ne mérite nullement le dédain qu'on a pour elle. On trouvera à la page 13 le moyen de les préparer.

Les mois de mai et de juin sont les mois de l'entomologie, et nous n'avons rien de particulier à dire sur les autres collections pour lesquelles le printemps et l'automne sont préférables.  

LES INSECTES AU MOIS DE JUILLET.

Coléoptères. Après un steeple-chase de deux mois, voici enfin quelque temps de répit. Ce n'est pas qu'il ne faille plus chasser, loin de là, mais il ne faut plus consacrer son temps exclusivement à la chasse. Ce que nous avons dit pour les deux mois précédents est encore vrai pour ce mois-ci ; seulement la chaleur a diminué le nombre des insectes et les chasses ne seront plus aussi fructueuses. C'est maintenant, en attendant septembre, qu'il s'agit de se mettre au courant. S'il est un conseil que nous ayons à donner à nos lecteurs, c'est par-dessus tout de ne rien laisser en retard. Le mauvais pli est bien vite pris, les objets s'accumulent et l'on ne peut échapper au chaos qui menace, qu'en sacrifiant la plus grande partie du produit des chasses. Il faut donc se mettre à l'oeuvre avec courage, piquer tous les insectes qu'on a mis de côté, coller sur de petits rectangles de papier fort ceux qui sont trop petits pour être piqués, et ranger le tout provisoirement dans des cadres, d'où on les tirera en hiver pour les incorporer à la collection. On trouvera chez M. E. Deyrolle, rue de la Monnaie, à Paris, tout ce qu'il faut pour préparer les insectes. Il suffit du reste d'une pince à piquer, d'un flacon de gomme entomologique, de quelques boîtes liégées et de quelques milliers d'épingles allemandes des numéros 2, .3, 4 et 6 (les épingles françaises sont moins chères mais elles ne valent rien, parce qu'elles se courbent très facilement).

Lépidoptères. Le mois de juillet est moins propice pour les Lépidoptères que le précédent. Les principales espèces diurnes que l'on peut trouver pendant ce mois sont : Vanessa Antiopa et prorsa (fin du mois), Satyrus Sylvander; assez rare dans certaines localités, Nymphalis Camilla, et quelques polyommates. Les deux espèces nocturnes principales sont le Cossus ligniperda qui éclôt environ du 25 juin au 10 août et la Harpya fagi, rare dans les bois sombres.

LES INSECTES AU MOIS D'AOUT. — LES VACANCES DU NATURALISTE.

Un mois encore de répit, et puis en chasse de nouveau! La chaleur a fait disparaître ces phalanges nombreuses d'insectes de tout genre qui rendaient les moindres promenades fructueuses pour l'entomologiste; quelques retardataires peuvent encore être ramassés sur les routes, sur les fleurs, dans l'eau, etc , et quiconque sait faire usage de ses yeux, ne rentrera jamais les flacons vides, même à la mi-août, cependant, il n'est plus question de ces chasses monumentales, telles qu'on les fait au printemps.

Pour les mollusques, on fera bien, après les pluies qui n'ont pas inondé les terrains, d'aller visiter les buissons, les haies, le pied des murs; toute cette classe humide et visqueuse sera sortie d'un commun accord de ses retraites cachées, et c'est alors qu'on prendra en nombre les mollusques qui, par les temps ordinaires ne se rencontrent qu'isolés : Hélix pomatia, arbustorum, fruticum, nemoralis, hortensis, candidula, lapicida; Bulimus radiatus, montanus, obscurus; Pupa; Clausilia, et bien d'autres. Dans les eaux, quelles qu'elles soient, mais surtout dans les étangs, on pourra faire d'abondantes et intéressantes récoltes de Lyninea, Planorbis, Cyclas, Physa, Ancylus, Unio, Anodonta.

En botanique, arrêt forcé, de même qu'en entomologie. Il faut atteindre plusieurs milliers de pieds d'élévation sur les montagnes pour retrouver quelque chose comme une flore convenable. En plaine, il n'y a plus de phanérogames et pas encore de cryptogames.

Eh bien! voilà tout ce qu'on nous promet pour les vacances? Insectes, peu; mollusques, peu ; plantes, pas? C'est amusant ! vont s'écrier nos confrères collégiens. Patience. Les collections, pour tout naturaliste digne de ce nom, sont un moyen, non un but. Certes, s'il ne faisait que piquer des bêtes microscopiques dans des boîtes, lire un long grimoire et écrire ensuite deux mots sous chacune de ces bêtes, le naturaliste prêterait au ridicule, et on pourrait se moquer de lui avec raison. Mais le grand but auquel il doit tendre de toutes ses forces, c'est la connaissance, c'est l'amour de cette nature infiniment variée qui nous entoure de toutes parts, dont nous faisons partie nous-mêmes. Qu'importe que nous ayons une splendide collection, les plus belles pièces réunies des cinq parties du monde? De quelle utilité nous seront-elles, si elles ne servent qu'à rappeler des noms? Ce qu'il faut savoir, c'est l'histoire de chacun de ces insectes, de chacune de ces coquilles; et quelle histoire merveilleusement belle et variée que celle-là! Alors ces milliers de bêtes que nous ne regardions qu'au point de vue de leur singularité, de leur beauté, de leur rareté, revêtiront pour nous un intérêt plus grand et plus puissant. Chacune représentera, non plus un bijou inerte, mais un drame plein de vie et de péripéties étranges. Il ne faut cependant pas négliger les collections. Loin de là ; comme en toutes choses, la théorie ne saurait se passer de la pratique, et la pratique de la théorie, de même, en histoire naturelle, l'étude de la nature ne saurait se passer des collections, qui sont comme un catalogue, un mémento du travail de chaque jour.

Voyez-vous qu'il ne fallait pas vous impatienter? Allez au milieu de la nature étudier ses secrets, profitez des journées de pluie pour étudier dans les livres, au microscope, à la loupe, pour dessiner ce que vous avez observé, ce que vous avez rapporté de vos promenades à travers les bois et les campagnes. Vous reconnaîtrez bientôt combien celle étude est captivante. Un conseil encore : dès le commencement des vacances, prenez l'habitude ne noter sur quelque cahier tout ce que vous aurez pu remarquer; d'abord, comme en toutes choses, vous trouverez quelque difficulté à ne jamais négliger ce petit travail, mais bientôt l'habitude en sera prise, et vous reverrez plus lard avec plaisir ces pages écrites au moment où l'impression du fait était encore fraîche; vous aurez, au milieu de bien des observations insignifiantes, quelque remarque qui pourra résoudre un problème éclatant; vous aurez enfin comme une analyse du développement de vos connaissances en histoire naturelle. Rappelez-vous enfin que souvent une ferme volonté d'apprendre l'emporte sur l'esprit le plus heureusement doué. Et maintenant, bonnes vacances à tous!

LES INSECTES AU MOIS D'AVRIL.

Il y a beaucoup à faire ce mois-ci pour le naturaliste, et particulièrement pour l'entomologiste. Ce sont d'abord les détritus, petits amas de tiges, de graines, de coquilles, que le courant des rivières et des ruisseaux recueille dans les prés, les champs, les bois qu'il a inondés, et qu'il vient déposer ensuite aux endroits où il est ralenti par quelque obstacle. Ces détritus, pendant la première semaine après qu'ils ont été abandonnés par le courant, sont une mine féconde pour le coléoptériste; l'hémiptèriste trouvera également à y recueillir quelques insectes. La meilleure façon de ne pas laisser échapper la plupart des insectes microscopiques qui habitent accidentellement ces localités, c'est de se munir d'un ou deux sacs qu'on remplira de détritus fins choisis aux meilleurs endroits, soit sur la berge, soit encore dans l'eau. Arrivé à la maison, on les étendra par portions sur une feuille de papier blanc, et l'on sera étonné de la quantité d'insectes de tous genres, surtout des Staphylins et des Carabiques, qui se sauveront à toute vitesse. On les prend à l'aide d'un pinceau mouillé et on les plonge dans un flacon d'alcool, où on peut les laisser jusqu'à ce qu'on ait le temps de les préparer (éviter cependant de les laisser plus de 2—3 mois dans l'alcool, car alors ils se racornissent, les couleurs s'obscurcissent, et ces insectes, longs souvent de 1mm à peine, deviennent indéterminables;. Il vaut mieux en prendre trop que trop peu ; souvent il est difficile de distinguer au premier coup d'oeil des espèces voisines, et l'on peut toujours conserver ceux que l'on a de trop dans des flacons en qualité de doubles.

Le conchyliologue trouvera beaucoup aussi dans les détritus : peu de coquilles vivantes, mais parmi l'innombrable quantité de mortes, il y en aura toujours un bon nombre de bien conservées. Au moyen des détritus, on peut très facilement se rendre compte de la faune d'une contrée, car en ramassant quelques poignées à différents endroits, on trouvera probablement un plus ou moins grand nombre de représentants de presque tous les mollusques testacés habitant les environs du cours d'eau.

Les conifères (sapins, pins, etc.) ainsi que les saules, les aubépines, les arbres fruitiers et autres qui fleurissent ce mois-ci, battus au-dessus d'un parapluie ou d'une nappe, fourniront beaucoup de coléoptères et d'hémiptères (cigales et punaises).

On fera bien aussi de se procurer un crible ou tamis de 0m40 de diamètre, muni d'une toile métallique à mailles de 3,5 mm à peu près. Il servira à tamiser les feuilles sèches, la mousse, le thym, etc., sur la nappe. On recueillera une foule de coléoptères et d'hétéroptères. — Nous signalerons encore une chasse relativement récente, celle des insectes myrmécophiles. Les fourmilières recèlent, outre leurs hôtes légitimes, tout un monde de coléoptères

qui y ont élu domicile, les uns comme alliés et serviteurs des fourmis, d'autres comme parasites, les autres comme bourreaux. D'après les fourmilières, tantôt on trouve un grand nombre de ces hôtes, tantôt on n'en trouve pas; c'est le matin, au printemps et en automne, que les recherches sont les plus fructueuses. Comme on chercherait inutilement à distinguer ces insectes, sombres et petits pour la plupart, au milieu du monde grouillant des fourmis, on fera bien de placera l'avance, sur la fourmilière et aux alentours, quelques pierres poreuses et plates sous lesquelles les myrmécophiles viendront s'abriter.

Les Rédacteurs.

NOTES SUR LES INSECTES
D'après "Feuille des jeunes naturalistes" 1870-1914

LA CHARITÉ ENSEIGNÉE PAR LES INSECTES.

Il y a quelques années, à mon retour d'une excursion champêtre, je mis dans un flacon rempli d'eau des agabes, et je les laissai pendant plusieurs jours abandonnés à eux-mêmes. Bien que ces petits êtres soient très voraces de leur nature, et qu'ils dussent avoir faim, aucun d'eux n'attaquait son voisin et ne pensait qu'il est permis de se nourrir aux dépens de ses pareils. C'était, il faut l'avouer, déjà beaucoup; l'héroïsme humain ne va pas toujours jusque-là.. . Cependant je devais assister à des scènes plus intéressantes. Etant à considérer mes hôtes, j'en remarquai un vers le fond du vase, qui, la tête en bas, et l'abdomen placé presque verticalement, semblait faire de vains efforts pour se déplacer. Soit oubli, soit faiblesse, il était resté trop longtemps avant de renouveler sa provision d'air, et son corps alourdi ne pouvait remonter a la surface. L'asphyxie commençait selon tonte apparence ; l'animal allait périr. Ses camarades s'en aperçurent, et trois ou quatre, le prenant vivement par les pattes, lui firent traverser la colonne liquide, afin de mettre ses stigmates en contact avec l'atmosphère. Là, le malade ayant respiré un instant reprit ses forces et sa vigueur ordinaire, puis il redescendit joyeusement, précédé de ses charitables compagnons.

Ce trait me surprit tellement que, dans le moment qui suivit mon observation, je doutai de sa réalité, et il en fallut une nouvelle pour me convaincre que je ne rêvais pas. Depuis, j'ai joui plusieurs fois de ce curieux spectacle que m'ont aussi offert les dytiques ; j'ai même constaté chez les uns et chez les autres, un second fait qui est comme le complément du premier.

Un agabe ou un dytique vient-il à mourir, ceux qui restent essayent aussitôt de le rendre à la vie. De nombreuses et inutiles tentatives ne les découragent point. Ils remontent sans cesse au-dessus de l'eau le corps inanimé du défunt, et font à chaque ascension une sorte de halte, environ le temps qu'exige la respiration pour se rétablir. Croyant avoir sauvé leur frère, ils l'abandonnent à lui-même : le cadavre retombe et demeure inerte ; ils le saisissent de nouveau et répètent leur manoeuvre sans plus de succès, sans moins de persévérance. Lorsque la fatigue les accable, ils se reposent, mais dés qu'ils se sentent assez forts, ils reprennent leur tâche et la continuent longtemps encore.

S. de Prinsac.

LA CHARITÉ ENSEIGNÉE PAR DES INSECTES.

Dans l'article qui a paru sous ce litre dans le second numéro de la Feuille des Jeunes Naturalistes, M. de Prinsac donne le résultat d'observations faites par lui sur des insectes d'eau, et il en conclut que ces petits êtres, bien qu'en général très voraces, non seulement n'attaquent jamais leurs voisins, mais encore cherchent à les ramener à la vie quand ils sont morts. J'ai observé un fait du même genre, mais il m'a semblé que c'était plutôt pour dévorer leurs frères que pour les faire revivre que certains hydrocanthares s'attachaient à eux el les faisaient remonter à. la surface de l'eau. On les voit, en effet, après avoir travaillé quelque temps avec leurs mâchoires sur les corps d'autres insectes, fixer leurs tarses dans les cadavres el remonter avec eux. Ce qui me fait croire encore qu'un fait aussi contraire à l'opinion générale des naturalistes ne peut se produire chez ces petites bêles, c'est qu'on a souvent vu des insectes de même espèce, pris en même temps dans la même mare, s'attaquer, se mettre en pièces et s'entre-dévorer, — Mais je puis me tromper; le seul moyen de vérifier l'observation de M. de Prinsac. c'est de se mettre à observer les insectes d'eau : la vérité apparaîtra bien vite alors.

 E. Dollfus.

LA CHARITÉ ENSEIGNÉE PAR LES INSECTES.

Il m'est arrivé très souvent de nourrir des Dytisques, Acilius, Ilybius et autres insectes d'eau dans un aquarium. En ce moment même, j'ai un assez grand nombre de Dytiscides et Hydrophilides vivants. Sitôt qu'un Dytisque, le mâle surtout, est à portée d'un autre, il s'élance sur lui et s'y attache avec les ventouses de ses tarses. Si c'est une femelle, il s'accouple aussitôt avec elle; si c'est un mâle, il cherche souvent à le dévorer, mais ses robustes mandibules ne font que glisser sur la dure carapace de son adversaire, à moins qu'il ne morde les côtés de l'abdomen; alors il s'engage une lutte bientôt terminée, car les insectes reconnaissent qu'ils cherchent en vain à se mordre. Mais si un Dytisque rencontre un de ses semblables mort, il applique ses mandibules et ses palpes sur toutes les parties de son corps, jusqu'à ce qu'il trouve un endroit facile à attaquer : alors il se met à le déchirer.

Pendant ce temps, uniquement occupé de sa proie, il pense rarement à se cacher, et le plus souvent il monte à la surface de l'eau, non pas pour porter secours à l'autre, mais pour pouvoir manger et respirer à son aise. Car j'ai remarqué que les insectes d'eau, lorsqu'ils mangent, cherchent toujours à mettre leurs stigmates en contact avec l'air libre.

Ce que je dis là sur les Dytisques peut également se dire des Acilius, Ilybius et autres, qui m'ont montré les mêmes habitudes. Ainsi, je me suis convaincu plus d'une fois que si certains insectes d'eau portaient leurs semblables morts à la surface de l'eau, c'était pour les manger à leur aise. Cependant je ne voudrais pas affirmer que ces bestioles n'ont aucune bienveillance les unes pour les autres.

Évreux. M. -
A. Régimbart.

---

500 photos d'insectes

abeille-cire.jpg
abeille-nectar.jpg
abeille-pollen.jpg
Abeille-salsifis-des-pres-MVC-828F.JPG
abeille-saule.jpg
abeille_butinant.jpg
abeille_fleur.jpg
abeille_tete.jpg
abeilles-ventillation.jpg
abeilles_au_travail.jpg
agreste.jpg
agrions-13.jpeg
agrions-30.jpeg
agrions-4.jpeg
calopterix_0.jpg
calopterix_1.jpg
Chenille-MVC-100F.JPG
Chenille-MVC-101F.JPG
Chenille-MVC-128F.JPG
chenille-processionnaire-du-pin-MVC-319F.jpg
Chenille-processionnaire-du-pin-MVC-349F.JPG
Chenille-tordeuse-du-chene-Insecte-MVC-161F.JPG
Chenille-tordeuse-du-chene-Insecte-MVC-163F.JPG
chenille.jpeg
chenille.jpg
chenille_Mvc-809f.jpg
cigale_10.jpg
cigale_11.jpg
cigale_12.jpg
Coccinelle-insecte-artichaut-legume-MVC-844F.JPG
Coccinelle-insecte-feve-legume-MVC-840F.JPG
Coccinelle-Insecte-MVC-165F.JPG
Coccinelle-insecte-MVC-848F.JPG
Coccinelle-poux-insecte-artichaut-legumeMVC-845F.JPG
coccinelles-1.jpeg
coccinelles-accouplees.jpg
coleopter-3.jpeg
coleoptere-2.jpeg
coleoptere-3.jpeg
Coleoptere-insecte-MVC-869F.JPG
coleopteres-6.jpeg
Fourmi-sur-marguerite-Insecte-MVC-164F.JPG
fourmi.jpg
fourmi_MVC-426F1.JPG
fourmilliere_MVC-633F.JPG
Fourmis-poux-insectes-artichaut-legume-MVC-843F.JPG
fourmis_Mvc-023fbis.jpg
guepe-15.jpeg
guepe.jpg
Guepes-nid-MVC-151F.JPG
haneton_10.jpg
haneton_11.jpg
hanneton.jpg
ichnure.JPG
insecte-034s.jpg
insecte-14.jpeg
insecte-20.jpeg
insecte-70.jpeg
Insecte-accouplement-MVC-120F.JPG
Insecte-atterissage-heliantheme-MVC-049F.JPG
Insecte-coccinelle-MVC-041F.JPG
Insecte-coleoptere-anemone-bulbeuse-MVC-047F.JPG
Insecte-MVC-042F.JPG
Insecte-MVC-067F.JPG
Insecte-MVC-076F.JPG
Insecte-MVC-088F.JPG
Insecte-MVC-118F.JPG
Insecte-MVC-119F.JPG
Insecte-poirier-MVC-405F.JPG
Insecte-Punaise-MVC-039F.JPG
Insecte-Punaise-MVC-040F.JPG
Insecte-renoncule--bulbeuse-MVC-051F.JPG
Insecte-renoncule--bulbeuse-MVC-054F.JPG
Insecte-sur-feuilles-mortes-MVC-156F.JPG
Insecte-sur-rocher-MVC-159F.JPG
insecte_MVC-180F.jpg
Insecte_MVC-338F.JPG
insecte_Mvc-428f.jpg
insecte_MVC-437F.JPG
Insectes-accouplement-MVC-045F.JPG
Insectes-accouplement-MVC-046F.JPG
Insectes-accouplement-sur-muflier-MVC-033F.JPG
Insectes-accouplement-sur-muflier-MVC-034F.JPG
libellule-1.jpeg
libellule-4.jpeg
libellule-8.jpeg
libellule.jpeg
mante religieuse.jpg
mante_religieuse.jpg
mantis3.JPG
marbre0.jpg
meloe_MVC-902F.jpg
MVC-001F_papillon_Melitee-des-Centaurees.JPG
MVC-002F_papillon_Misis.JPG
MVC-003F_papillon_Zygene.JPG
MVC-005F_papillon_Melitee-des-Centaurees.JPG
MVC-009F_papillon_Melitee-des-Centaurees.JPG
MVC-010F-Le-gaze_Aporia-crataegi.JPG
MVC-011F_Malachius-bipustulatus.JPG
MVC-016F-Bupestris-octoguttata.JPG
MVC-017F-Bupestris-octoguttata.JPG
MVC-028F-Papillon_L-Azure_Polyommatus.JPG
MVC-029F-Papillon_L-Azure_Polyommatus.JPG
MVC-035F-cerf-volant.JPG
MVC-039F-Papillon_Le-sable_Polyommatus.JPG
MVC-040F-Papillon_Le-sable_Polyommatus.JPG
MVC-042F-insectes.JPG
MVC-042F-Papillon_L-Azure_Polyommatus.JPG
MVC-043F-Papillon_L-Azure_Polyommatus.JPG
MVC-045F-Papillon_L-Azure_Polyommatus.JPG
MVC-046F-insecte.JPG
MVC-048F-insecte.JPG
MVC-048F-Papillon_L-Azure_Polyommatus.JPG
MVC-049F_Sauterelle.JPG
MVC-057F-insecte.JPG
MVC-159F-insecte.JPG
MVC-176F-insecte-asphodele.JPG
MVC-180F-cerf-volant.jpg
MVC-184F-insecte-marguerite.JPG
MVC-184F-marguerite-chrysomelle-chants-oiseaux.JPG
MVC-185F-sauge-chants-oiseaux.JPG
MVC-186F-insecte.JPG
MVC-187F-insecte.JPG
MVC-191F_scarabee-lucane-cerf-volant-femelle.JPG
MVC-200F-Insecte-sur-pin.JPG
MVC-253F-sauterelle.JPG
MVC-259F-punaises-accouplees.JPG
MVC-260F-punaises-accouplees.JPG
MVC-262F-fourmis-glaeuil.JPG
MVC-263F-guepe.JPG
MVC-270F-coccinelle.JPG
MVC-278F-sauterelle.JPG
MVC-286F-insecte.JPG
MVC-287F-insecte.JPG
MVC-288F-insecte.JPG
MVC-289F-insecte.JPG
MVC-293F-scarabee.JPG
MVC-296F-scarabee.JPG
MVC-303F-papillon.JPG
MVC-305F-insecte.JPG
MVC-309F-insecte-marguerite.JPG
MVC-313F-papillon-marguerite.JPG
MVC-315F_cercope_Cercopis-vulnerata.JPG
MVC-317F_mouche.JPG
MVC-318F_punaise-scabieuse.JPG
MVC-319F_punaises_accouplement.JPG
MVC-320F_punaise_Graphosoma-italicum.JPG
MVC-322F_punaise_Palomena-prasina.JPG
MVC-323F_punaise_Palomena-prasina_accouplement.JPG
MVC-324F_punaise_Palomena-prasina.JPG
MVC-325F_cetoine_Trichius-fasciatus.JPG
MVC-326F_clairon_Trichodes-alvearius.JPG
MVC-327F-papillon.JPG
MVC-332F_mouche.JPG
MVC-333F_charançon-sur-muflier.JPG
MVC-335F_punaise_Lygaeus-saxatilis.JPG
MVC-336F_guepe.JPG
MVC-337F-insecte.JPG
MVC-339F-insecte.JPG
MVC-342F-insecte.JPG
MVC-345F_mouche_asilide.JPG
MVC-347F_criquet.JPG
MVC-353F_chrysomele_Cryptocephalus-hypochaeridis.JPG
MVC-354F_fourmi.JPG
MVC-355F-insecte.JPG
MVC-356F_papillon_zygene.JPG
MVC-357F_chrysomele_Cryptocephalus-hypochaeridis.JPG
MVC-359F_chrysomele_Cryptocephalus-hypochaeridis.JPG
MVC-360F_criquet.JPG
MVC-363F_sauterelle-sur-veronique.JPG
MVC-365F_syrphe.JPG
MVC-368F-chenille.JPG
MVC-373F_charançons.JPG
MVC-374F_sauterelle.JPG
MVC-375F_chrysomele_Cryptocephalus-hypochaeridis_accouplement.JPG
MVC-375F_papillon.JPG
MVC-376F_papillon.JPG
MVC-377F_papillon.JPG
MVC-378F_insecte_criquet.JPG
MVC-379F_cetoine_Oxythyrea-funesta.JPG
MVC-379F_insecte_criquet.JPG
MVC-380F_sauterelle.JPG
MVC-382F_sauterellez.JPG
MVC-383F_criquets_accouplement.JPG
MVC-384F-insecte-graminee.JPG
MVC-384F_criquets_accouplement.JPG
MVC-385F-azure.JPG
MVC-386F_azure-de-la-Bugrane-male_Polyommatus-icarus.JPG
MVC-387F_azure-de-la-Bugrane-male_Polyommatus-icarus.JPG
MVC-388F_azure-de-la-Bugrane-male_Polyommatus-icarus.JPG
MVC-389F_azure-de-la-Bugrane-male_Polyommatus-icarus.JPG
MVC-390F_criquet.JPG
MVC-392F_punaise_piezodorus-lituratus.JPG
MVC-393F_charancons.JPG
MVC-394F_sauterelle.JPG
MVC-396F_bourdon-sur-viperine.JPG
MVC-402F_abeille-sur-heliantheme.JPG
MVC-411F_poux-sur-luzerne.JPG
MVC-412F_coleoptere-sur-orchidee.JPG
MVC-413F_chrysomele.JPG
MVC-414F_chrysomele.JPG
MVC-416F_criquet.JPG
MVC-417F_nacre.JPG
MVC-418F_nacre.JPG
MVC-420F_nacre.JPG
MVC-425F_coleoptere-sur-orchidee.JPG
MVC-426F_chrysomele-sur-heliantheme.JPG
MVC-427F_necrophore-sur-marguerite.JPG
MVC-428F_ascalaphe-soufre_Libelloides-coccajus_.JPG
MVC-429F_chrysomele.JPG
MVC-430F_azure.JPG
MVC-431F_azure.JPG
MVC-432F_damier.JPG
MVC-433F_damier.JPG
MVC-434F_damier.JPG
MVC-435F_gendarme-pyrrhocoris-apterus.JPG
MVC-436F_punaises_accouplement.JPG
MVC-438F_coccinelle-adalia-10-punctata.JPG
MVC-452F_cercope.JPG
MVC-453F_cercope.JPG
MVC-454F_azure.JPG
MVC-457F_punaise_Graphosoma-italicum_accouplement.JPG
MVC-458F_punaise_Graphosoma-italicum.JPG
MVC-459F_punaise_Graphosoma-italicum.JPG
MVC-460F_sauterelle.JPG
MVC-462F_sauterelle.JPG
MVC-463F_coccinelle.JPG
MVC-464F_punaise_Piezodorus-lituratus.JPG
MVC-467F_cetoine-sur-muflier.JPG
MVC-468F_chrysomele.JPG
MVC-476F-papillon.JPG
MVC-477F_abeille-sur-renoncule-bulbeuse.JPG
MVC-478F-insecte.JPG
MVC-482F_carabe-longicorne.JPG
MVC-484F-papillon-de-nuit-noctuelle.JPG
MVC-485F-insecte.JPG
MVC-486F_ichneumon.JPG
MVC-488F_noctuelle.JPG
MVC-489F_phalene.JPG
MVC-490F_ichneumon.JPG
MVC-501F-papillon-petite-tortue.JPG
MVC-513F-insecte.JPG
MVC-520F-asphodele.JPG
MVC-521F-asphodele.JPG
MVC-550F_Chenille.JPG
MVC-550Fscarabee-jonquille.JPG
MVC-553F_Sauterelle.JPG
MVC-554F_Sauterelle.JPG
MVC-555F-papillon.JPG
MVC-556F-papillon.JPG
MVC-557F-papillon.JPG
MVC-559F-insecte.JPG
MVC-561F-insecte.JPG
MVC-562F-insecte-mouche.JPG
MVC-566F_papillon_Zygene.JPG
MVC-573F-insecte.JPG
MVC-575F-insecte.JPG
MVC-583F-insecte.JPG
MVC-593F-sauterelle-ophrys.JPG
MVC-594F-sauterelle-ophrys.JPG
MVC-601F-insecte.JPG
MVC-602F-insecte-mouche.JPG
MVC-603F-insecte-graminee.JPG
MVC-607F-mouche-hemerocalle.JPG
MVC-608F-insecte.JPG
MVC-609F-sauterelle.JPG
MVC-610F-insecte.JPG
MVC-616F-insecte-hemerocalle.JPG
MVC-617F-insectes-pucerons.JPG
MVC-618F-insecte-plantain.JPG
MVC-619F_papillon.JPG
MVC-620F-insecte.JPG
MVC-621F-Papillon_L-Azure_Polyommatus.JPG
MVC-622F-sauterelle.JPG
MVC-623F-insecte.JPG
MVC-624F-papillon-scabieuse.JPG
MVC-625F-insectes-accouples-rhinanthe.JPG
MVC-631F-insecte-marguerite.JPG
MVC-632F-abeille-scabieuse.JPG
MVC-638F-papillon-scabieuse.JPG
MVC-639F-papillon-scabieuse.JPG
MVC-640F-sauterelle-rhinanthe.JPG
MVC-640Fpapillon_Vanesse-des-chardons-ou-belle-dame_Cynthia-cardui.JPG
MVC-642F-sauterelle.JPG
MVC-643F-Le-gaze_Aporia-crataegi.JPG
MVC-643F-sauterelle.JPG
MVC-644F-sauterelle-scabieuse.JPG
MVC-646F-bourdon.JPG
MVC-647F-papillon-coleoptere-scabieuse.JPG
MVC-648F-papillon-coleoptere-scabieuse.JPG
MVC-649F-papillon-coleoptere-scabieuse.JPG
MVC-651F-papillon-scabieuse.JPG
MVC-654F-papillon-scabieuse.JPG
MVC-655F-bourdon-scabieuse.JPG
MVC-656F-papillon-scabieuse.JPG
MVC-657F-papillon.JPG
MVC-658F-papillon.JPG
MVC-659F-papillon-scabieuse.JPG
MVC-662F-bourdon-rhinanthe.JPG
MVC-663F-bourdon-rhinanthe.JPG
MVC-665F-bourdon-rhinanthe.JPG
MVC-666F-bourdon-rhinanthe.JPG
MVC-667F-chenille.JPG
MVC-668F-chenille.JPG
MVC-670F-insecte-scabieuse.JPG
MVC-671F-papillon-rhinanthe.JPG
MVC-672F-insecte.JPG
MVC-673F-scabieuse.JPG
MVC-676F-bourdon.JPG
MVC-677F-chenille.JPG
MVC-677F-Demi-deuil_Melanargia-galathea.JPG
MVC-678F-bourdon.JPG
MVC-678F-Demi-deuil_Melanargia-galathea.JPG
MVC-681F-bourdon.JPG
MVC-682F-bourdon.JPG
MVC-683F-bourdon.JPG
MVC-684F-insecte-muflier.JPG
MVC-691F-insecte-scabieuse.JPG
MVC-693F_papillon_Zygene_Turquoise_accouplement.JPG
MVC-694F_papillon_Zygene_Turquoise_accouplement.JPG
MVC-695F_papillon_Zygene_Turquoise_accouplement.JPG
MVC-710F-Zygene.JPG
MVC-715F-insectes-accouples-centauree.JPG
MVC-716F-sauterelle.JPG
MVC-717F-sauterelle.JPG
MVC-719F-punaise.JPG
MVC-720F-punaise.JPG
MVC-728F_papillon.JPG
MVC-729F_papiullon.JPG
MVC-740F-coccinelles-accouplees-insectes.JPG
MVC-754F-abeille-citronnier.JPG
MVC-781F-Zygene.JPG
MVC-785F-Punaise_Lygaeus-saxatilis.JPG
MVC-789F-Papillon_La-Melitee-des-Linaires_Mellicta-dejone.JPG
MVC-790F-Trichius-fasciatus.JPG
MVC-818F-chenille.JPG
MVC-819F-insecte.JPG
MVC-821F_insecte.JPG
MVC-832F-insecte-scabieuse.JPG
MVC-834F-insecte-marguerite.JPG
MVC-838F_papillon_Zygene_Turquoise_accouplement.JPG
MVC-845F_Punaise_.JPG
MVC-846F_Punaise.JPG
MVC-847F-Papillon_L-Azure_Polyommatus.JPG
MVC-848F-Papillon_Le-sable_Polyommatus.JPG
MVC-851F-Papillon_Le-sable_Polyommatus.JPG
MVC-851F_coccinelle_Coccinella-7-punctata.JPG
MVC-852F-Papillon_L-Azure_Polyommatus.JPG
MVC-852F_Coccinelle_Propylea-14-punctata.JPG
MVC-853F_punaises_accouplement.JPG
MVC-855F_Longicorne_Corymbia-rubra_femelle.JPG
MVC-857aF_chenille.JPG
MVC-857F_sauterelle.JPG
MVC-859aF_chenille.JPG
MVC-861aF_xylophage_Tenebrio-molitor.JPG
MVC-863F-insecte.JPG
MVC-864aF_papillon_Ariane.JPG
MVC-864F-insectes.JPG
MVC-865F-Papillon_Le-sable_Polyommatus.JPG
MVC-866F-Papillon_Le-sable_Polyommatus.JPG
MVC-867F-Papillon_Le-sable_Polyommatus.JPG
MVC-868F-Papillon_Le-sable_Polyommatus.JPG
MVC-869F-Papillon_L-Azure_Polyommatus.JPG
MVC-870F-Papillon_L-Azure_Polyommatus.JPG
MVC-871F-criquet.JPG
MVC-872F-papillon.JPG
MVC-874F-sauterelle.JPG
MVC-874F-Zygene.JPG
MVC-877F_sauterelle.JPG
MVC-882F-Bupestris-octoguttata.JPG
MVC-883F-Bupestris-octoguttata.JPG
MVC-884F-Bupestris-octoguttata.JPG
MVC-885F-Papillon_L-Azure_Polyommatus.JPG
MVC-886F_longicorne_Corymbia-rubra-femelle.JPG
MVC-887F-insecte.JPG
MVC-888F_papillon_Azure.JPG
MVC-889F-insecte.JPG
MVC-890F-insecte.JPG
MVC-893F_Cetoine-doree.JPG
MVC-894F_Chenille.JPG
MVC-894F_criquet.JPG
MVC-895F-Papillon_L-Azure_Polyommatus.JPG
MVC-895F_Coccinelle_Propylea-14-punctata.JPG
MVC-896F-Papillon_L-Azure_Polyommatus.JPG
MVC-898F-insecte.JPG
MVC-900F-Le-gaze_Aporia-crataegi.JPG
MVC-901F-Papillon_La-Melitee-des-Linaires_Mellicta-dejone.JPG
MVC-901F_Punaises_Alydus-calcaratus.JPG
MVC-902F_papillon_Melitee-des-Centaurees.JPG
MVC-903F_papillon_Melitee-des-Centaurees.JPG
MVC-904F-Papillon_La-Melitee-des-Linaires_Mellicta-dejone.JPG
MVC-906F_papillon_Zygene.JPG
MVC-907F_papillon_Melitee-des-Centaurees.JPG
MVC-908F_papillon_Azure.JPG
MVC-909F-insecte.JPG
MVC-910F_Clairon.JPG
MVC-911F_papillon_Misis.JPG
MVC-912F-insecte.JPG
MVC-913F_papillon_Zygene.JPG
MVC-918F-bourdon.JPG
MVC-919F-insectes.JPG
MVC-920F-chenille.JPG
MVC-921F-bourdon.JPG
MVC-922F_papillon_Melitee-des-Centaurees.JPG
nacre1.jpg
papillon 11.jpg
papillon-13.jpeg
papillon-14.jpeg
papillon-15.jpeg
papillon-16.jpeg
papillon-17.jpeg
papillon-18.jpeg
papillon-196.jpeg
Papillon-de-nuit-Insecte-MVC-102F.JPG
Papillon-de-nuit-Insecte-MVC-103F.JPG
Papillon-de-nuit-Insecte-MVC-104F.JPG
Papillon-de-nuit-Insecte-MVC-105F.JPG
Papillon-Insecte-MVC-073F.JPG
Papillon-marguerites-Insecte-MVC-111F.JPG
Papillon-sur-marguerite-Insecte-MVC-167F.JPG
papillon_MVC-433F.JPG
papillon_MVC-434F1.JPG
papillon_Mvc-522f.jpg
papillon_MVC-805F.jpg
papillon_Mvc-811f.jpg
papillon_Mvc-842s.jpg
Punaise-insecte-feve-legume-MVC-834F.JPG
Punaise-insecte-feve-legume-MVC-838F.JPG
Punaise-insecte-MVC-847F.JPG
Punaise-insecte-MVC-851F.JPG
Punaise-insecte-MVC-852F.JPG
sauterelle 10.jpg
sauterelle-1.jpeg
sauterelle-2.jpeg
Sauterelle-insecte--feve-legume-MVC-836F.JPG
Sauterelle-insecte-feve-legume-MVC-837F.JPG
Sauterelle-insecte-feve-legume-MVC-839F.JPG
symp.jpg
sympetrum_1.JPG
sympetrum_2.JPG

 

Haut

---

Mon coup de coeur
l'Oasis Bellecombe

La cabane aux sorcières dans les arbres de l'éco-site Oasis Bellecombe

La cabane des sorcières dans les arbres sous la neige au réveil !

Deux super nuits passées (à 70 ans !) dans la cabane aux sorcières dans les arbres de l'éco-site Oasis Bellecombe avec la surprise de la neige au réveil ! A découvrir, en compagnie de Michel votre hôte passionné, par les amoureux de la nature et de sa conservation (accueil aussi en yourte, tipi, roulotte ou votre tente)

Galeries de gravures, illustrations sur l'environnement, la nature, le patrimoine...

 

Mes photos gratuites
Des centaines de photos libres de droits

 

Coloriages
des centaines de coloriages, dessins, gravures

 

Informations et documents
pour usages scolaires, educatifs, animation, loisirs...

 

Dessins
environnement et patrimoine

 

Timbres de France et du Monde

 

Coloriages, dessins, gravures

 



Classement de sites - Inscrivez le vôtre!

 

Faune, flore, champignons, jardinage, environnement, pédagogie, patrimoine...
Glossaires - Recherche - Macros - Photos - Vidéos - Liens - Plan du site
Patrimoine - Haut Pays - Mercantour - Vésubie - Ferme pédagogique 

Google
Recherche personnalisée

Page d'avant Page parente

Sites amis

Galerie de photos, dessins, gravures, illustrations sur l'environnement, la nature, le patrimoine...

Education à l'environnement le Blog : photos, dessins, gravures...

La Camargue, protection et développement d'un delta : 50 fiches documentaires

Les Moyens Pays de la Région PACA : fiches pédagogiques pour l'éducation à l'environnement

La ferme pédagogique de Roquebillière : accueil des groupes, classes, centres de loisirs...

Roquebillière : le  village

Haut  pays niçois : 8 vallées, 50 villages, le Mercantour

Jardinage traditionnel en Provence : légumes, fleurs, fruits, culture, soins

Jardins et jardinage expliqué par nos anciens

Proverbes et dictons : plusieurs milliers, nature, animaux, vie rurale...

Proverbes préférés ou insolites expliqués par des auteurs classiques

Mes photos gratuites : des centaines de photos libres de droits

Galerie de photos nature : fleurs, animaux, champignons, coloriages, gravures, timbres...

Coloriages, dessins, gravures : des centaines coloriages animaux,  plantes...

Dessins : des milliers d'images, illustrations, gravures, cliparts, peintures, lithographies anciennes

Timbres de France et du monde, nombreux thèmes, pays

Les fables de la Fontaine : toutes les fables avec illustrations

La Bible : intégrale avec définitions du vocabulaire

La Bible illustrée par Gustave Doré : 235 gravures

Chevaux Quarter Horses : élevage vente de poulains et pouliches

AVOCAP Cabinet d'avocat Nice et Carros

Fromage : fabrication artisanale de la tomme de vaches

Matelassier : matelas laine, fabrication, rénovation, artisan du haut pays niçois

Galeries de gravures, illustrations sur l'environnement, la nature, le patrimoine...

Informations et documents pour usages scolaires, éducatifs, animation, loisirs...

Timbres de France et du Monde

Coloriages, dessins, gravures

Préparation médecine PACES - Cogit'up

Histoire naturelle

 

-----

Dernière mise à jour du site le 07/02/2017
Toute remarque concernant ce site peut être envoyée au Webmestre
copyright © 2001-2016
RC