Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une meilleure expérience de navigation. Continuer à le visiter signifie que vous acceptez leur utilisation.

Éducation à l'Environnement
Faune, flore, champignons, jardinage, environnement, pédagogie, patrimoine...




Google
Recherche personnalisée

      10-2 Energie     


 


Accueil

Pages principales
Environnement
Nature : Faune, Flore
Jardinage
Pédagogie
Patrimoine
Activités
Classes vertes
La ferme pédagogique
Haut-Pays Niçois
Listes et Index
Glossaires
Multimédia
Livres
Liens
Nouveautés
Collaborations
Références
Rechercher

Page(s) de niveau supérieur
L'enfant et l'environnement
12 questions d'actualité
100 questions
Développement durable

Page(s) de même niveau
que la page actuelle
Page d'avant
Page parente
Page d'après

Avant-propos
Préface
1-1 Pollution des eaux
1-2 Pollution des eaux
2-1 Biodiversité
2-2 Biodiversité
3-1 Effet de serre
3-2 Effet de serre
4-1 Polluants de l'air
4-2 Polluants de l'air
5-1 Déforestation
5-2 Déforestation
6-1 Désertification
6-2 Désertification
7-1 Ressources
7-2 Ressources
8-1 Urbanisation
8-2 Urbanisation
9-1 Déchets
9-2 Déchets
10-1 Energie
10-2 Energie
11-1 Biotechnologies
11-2 Biotechnologies
12-1 Développement durable
12-2 Développement durable
Postface

Page(s) de niveau inférieur


 

 

Les consommations d'énergie

 

Pourquoi faudrait-il s'inquiéter de l'évolution des consommations d'énergie à l'échelle mondiale, et faire des efforts de maîtrise de ces consommations. Certes, depuis le rapport du Club de Rome en 1972 jusqu'à l'émergence de la thématique du développement soutenable après le rapport Brundtland en 1986, la question de l'épuisement des ressources comme limite à la croissance exponentielle que nous connaissons depuis deux siècles, a été posée de façon permanente dans le débat public. Jean-Charles Hourcade
Centre International de Recherche sur l'Environnement et le Développement. CNRS - EHESS

Jean-Charles HOURCADE est Economiste, Directeur de Recherche au CNRS, Directeur du CIRED (Centre International de Recherche sur l'Environnement et le Développement).

Pour les pays de l'OCDE les prévisions faites en 1974, qui envisageaient une consommation de 10 milliards de tonnes équivalent pétrole (GTEP) en l'an 2000 ont été successivement corrigées à la baisse pour atteindre 8,9 milliards (estimations en 1977), puis 5 (en 1982) et 4,5 (en 1992).

Restent alors les inquiétudes sur une forte croissance de la demande énergétique des pays en développement. En effet, les pays du tiers-monde consomment aujourd'hui 0,5 tonne équivalent pétrole (TEP) par tête d'énergie contre 4 à 8 TEP par tête pour les pays occidentaux, ce qui laisse place à une possible explosion des besoins en cas de rattrapage massif de nos niveaux de consommation. Mais là encore, le Dr. Pangloss ou M. Homais pourraient faire valoir que l'observation des tendances de longue durée du rapport énergie/PIB montre qu'au fur et à mesure de leur accès à l'industrialisation, les différents pays ont parcouru des trajectoires de hausse puis de baisse de ce ratio mais avec des maxima de plus en plus bas (J.-M. Martin, 1992). En d'autres termes, les pays du Tiers-monde pourraient se développer en s'appropriant d'entrée les technologies les plus efficaces énergétiquement. De façon plus immédiate, du fait de la difficulté à trouver des moyens pour financer l'expansion de l'offre d'énergie, le "rattrapage" des niveaux de consommation occidentaux se ferait donc à un rythme non explosif.

Ce caractère "rassurant" des tendances de la demande se double d'un retour d'optimisme concernant l'offre d'énergie. L'idée d'une raréfaction absolue des ressources énergétiques "comme limite à la croissance", constitue, certes, dans sa simplicité un thème médiatique porteur et un avertissement utile, mais elle est scientifiquement peu tenable. Au seul plan quantitatif, le charbon suffirait à satisfaire les besoins mondiaux en croissance pendant quelques millénaires ; sur un tel horizon, ce n'est pas faire preuve d'un optimisme technologique exagéré que de penser que nous aurons trouvé des moyens soit de maîtriser totalement la sécurité de l'énergie nucléaire (surtout dans son maillon faible qui est le bouclage total de cycle du combustible), soit de vivre sur les flux énergétiques que reçoit la planète (c'est-à-dire l'ensemble des énergies éoliennes, solaires et de biomasse) et non plus sur ses seuls stocks de combustibles fossiles.

Quant au pétrole, le rapport entre réserves ultimes estimées et réserves prouvées (réserves répertoriée et disponibles aux prix courants), n'a cessé de croître depuis 30 ans. Certes, l'accès à ces énergies coûte de plus en plus cher (forage offshore, par exemple) mais, là encore, le progrès technique peut déplacer dans le temps l'apparition des contraintes : les coûts du forage d'exploration et d'exploitation des gisements de la Mer du Nord ont été diminués par deux au cours de la dernière décennie.

La maîtrise de l'énergie : une discipline nécessaire

Sans jouer les Cassandre, il est cependant possible de s'appuyer sur l'histoire récente pour montrer que, ce que les économistes appellent les coûts externes de la production et de la consommation d'énergie, ont en fait constitué et continueront à constituer l'argument le plus décisif en faveur d'une maîtrise de nos consommations énergétiques.

Passons d'abord rapidement sur les coûts géopolitiques de notre dépendance vis-à-vis de réserves pétrolières très localisées ; il y a en effet toujours le risque d'un retour des chocs pétroliers. De ce point de vue, la coexistence d'une Amérique du Nord dont la consommation par tête est d'environ le double de celle de pays comme la France, et de la montée des consommations en provenance des pays en développement, peut suffire à recréer de fortes tensions sur le marché pétrolier, à une date bien sûr imprévisible, si les consommations repartent sur une tendance plus élevée que celle que nous avons connue en 1973 et 1988(1).

Mais, au cas où nous oublierions les enseignements de deux chocs pétroliers pourtant récents, les problèmes environnementaux constituent la limite la plus réelle sur nos consommations d'énergie en imposant des contraintes sur l'offre. Les exemples ne manquent pas où :

    - les risques liés à l'énergie nucléaire ont historiquement joué un rôle majeur dans l'arrêt du développement de cette filière dans la majeure partie des pays occidentaux (USA, Allemagne, Europe du Nord, Italie) et cette contrainte continuera à peser au moins dans les prochaines années.
    - les pollutions atmosphériques locales ou régionales (poussières, SO2) limitent le recours au charbon et imposent au carburant des contraintes de qualité toujours croissantes. Ce sont, dans le même domaine, les contraintes d'encombrement qui amènent à réfléchir sur l'aménagement urbain et le rôle de la voiture en ville de façon à éviter des coûts de congestion prohibitifs.

Enfin, depuis la fin des années 1980, le dossier du changement climatique a pris une dimension majeure. Le dernier rapport du Groupement Intergouvernemental pour l'Étude des climats conclue que les connaissances sont suffisantes aujourd'hui pour aller au delà des mesures "sans regret", c'est-à-dire de coût faible, sinon nul ; il appelle à une action de précaution qui passe par une baisse notable des émissions de CO2 venant du secteur énergétique, ce qui, pour les prochaines années passe entre autres par une moindre croissance de consommations.

Marges de manœuvre et bifurcations

En fait, plutôt que de trancher entre optimistes et pessimistes quant à l'évolution des consommations d'énergie à long terme, il est plus utile de pointer les bifurcations possibles vers des sentiers de développement plus ou moins intensifs en énergie. Les consommations d'énergie se regroupent en effet en trois sous-secteurs dont les logiques sont fort différentes.

Les experts s'accordent en effet pour dire qu'il est techniquement possible d'augmenter très fortement l'efficacité énergétique dans le domaine de l'habitat (maisons mieux isolées, mieux climatisées, progrès dans l'éclairage ou les appareils électroménagers). Or, on peut, sur ces types de besoins, faire l'hypothèse d'une évolution asymptotique des niveaux de consommation en raison de phénomènes de saturation (nombre de téléviseurs par ménage, surface habitée). Même s'il peut y avoir des écarts importants sur les standards ultimes ou jugés désirables (4 m2 par habitant pour les Etats-Unis contre 1 pour le Japon en 1985), la combinaison d'effets de saturation et du progrès technique permet raisonnablement d'envisager la stabilisation de la consommation de ce secteur.

Dans le secteur industriel, il semble aussi que les effets de structure (poids des industries lourdes) combiné aux progrès de la productivité globale et de l'efficacité énergétique, permettent de conclure à moyen terme une tendance à la baisse de la consommation d'énergie par unité de valeur ajoutée. Mais un tel mouvement rencontrera certainement une asymptote dans la mesure où l'essentiel des évolutions de structure a joué depuis les deux dernières décennies et où des limites de nature physique existent dans l'amélioration des rendements. La poursuite du découplage entre énergie et croissance industrielle se jouera donc in fine sur le degré de sophistication des produits et le fait qu'une valeur ajoutée croissante pourra être tirée d'une tonne d'acier, de base pétrochimique ou de tout autre matériau. C'est ce que certains auteurs appellent la "dématérialisation de l'économie". Sans trancher ici, il semble cependant raisonnable d'attendre que la poursuite, même ralentie, de la baisse de la part des industries lourdes, combinée à une recherche de meilleure compétitivité, évitera un dérapage explosif de consommation industrielle, à condition bien sûr que les prix de l'énergie ne soient pas trop durablement bas.

En revanche, dans le domaine des transports la situation est totalement différente. Contrairement à ce qui se passe dans d'autres secteurs, la réduction des consommations en carburant par kilomètre est loin de se retrouver dans les chiffres globaux de consommation en raison du manque d'entretien des véhicules, des tendances à la croissance de la puissance moyenne du parc, de l'augmentation des kilomètres parcourus et de la dégradation du trafic en raison de l'encombrement urbain. Mais surtout, à la différence du domaine de l'habitat, on ne perçoit pas aujourd'hui (sauf dans le cas des encombrements urbains) de saturation dans les besoins de déplacement, bien au contraire. Tout d'abord, une société de services, si elle s'accompagne d'une réduction de besoins énergétiques par unité de valeur ajoutée provoque aussi une croissance des besoins de déplacements (en biens et personnes) que ne contrebalance pas la croissance des techniques de télécommunications. Dans bien des cas d'ailleurs, l'existence de ces moyens facilite des contacts entre des populations éclatées dans l'espace et est génératrice, dans un second temps, de nouveaux besoins de déplacement des personnes. A cela s'ajoute le caractère de plus en plus ouvert de l'économie qui induit une croissance très forte des besoins en transports de marchandises. Enfin, le besoin de loisirs se traduit par des déplacements touristiques de plus en plus longs. C'est à ce niveau que des bifurcations s'opèrent, sur lesquelles il sera difficile de revenir ; que l'on songe, par exemple, au fait qu'en l'absence de décisions prises à temps concernant le creusement des canaux ou la construction de voies ferrées, la réalisation d'une Europe de l'Ouest économiquement intégrée s'accompagnera spontanément d'un doublement du transport de marchandises en quinze ans. Une fois cette bifurcation réalisée (c'est-à-dire de nouvelles autoroutes construites, de nouveaux tunnels percés), le mouvement risque bien d'être irréversible ne serait-ce que par la masse des intérêts liés à ces investissements.

Perspectives

Tout se joue donc sur l'efficacité des politiques d'incitation. Ces politiques ont deux piliers indissociables. Le premier est l'ensemble des mesures institutionnelles visant à améliorer le fonctionnement des marchés pour permettre l'adoption des technologies les plus efficaces (labels, information) et à soutenir la R et D. Le deuxième pilier est celui des prix ; dans une économie de marché, aucun investissement durable de recherche ne sera fait sur les produits et les techniques, aucune attention ne sera portée sur les conséquences à long terme des politiques d'urbanisme et d'aménagement si des signaux appropriés ne sont pas donnés sur les coûts à long terme de l'énergie.

Certes ceci n'est pas très populaire puisque cela revient à relever les prix de l'énergie. Cependant, cette tension entre court terme et long terme peut être levée si on tient compte du fait que le produit des taxes sur l'énergie (et le carbone contenu) pourrait être recyclé sous forme d'une baisse des charges sociales. Ces charges, nécessaires pour garantir un minimum de solidarité nationale, créent un écart entre le salaire reçu (créateur de demande) et le coût salarial payé par l'entrepreneur ; elles constituent un élément de chômage structurel dans nos économies et de nombreuses études ont montré que, surtout si les baisses de cotisations sont ciblées sur les bas salaires, il y avait là les éléments d'un "double-dividende" : dividende environnemental et dividende économique. Mais il faut, là encore des mesures d'accompagnement pour que les catégories les plus défavorisées aient accès à des équipements plus performants et n'aient pas une facture énergétique alourdie.

En d'autres termes, la maîtrise des consommations d'énergie doit être vue comme un élément de prudence par rapport à des risques à long terme. Mais cette prudence ne sera acceptée que si elle contribue à alléger certains des problèmes immédiats de nos sociétés.

POUR EN SAVOIR PLUS

Martin J.M.,
Economie et politique de l'énergie.
Paris, Armand Collin, coll. Cursus Economie, 192 p., 1992.

J. C. Hourcade, M. Kostopoulou, J.-M. Martin, B. Dessus.
Politiques énergétiques et développement durable.
Futuribles, n°189, juillet-août 1994.

Revue de l'énergie.

ADEME
20 ans d'efficacité énergétique en France...et dans le monde.
Service Économie Prospective, Direction Prospective Programmation Évaluation. Doc. réalisé d'après les travaux de D. Bosseboeuf et C. Richard, sept. 1995, 16 p.

IFEN
Les données de l'environnement.
La lettre thématique de l'Institut français de l'environnement.

B. Dessus.
Pas de gabegie pour l'énergie.
Éd. de l'Aube, Coll. Monde en Cours, Sociétés et Territoires, 1994, 96 p.

J.-B. Lesourd, J.-Y. Faberon.
La maîtrise de l'énergie.
PUF, Coll. Que Sais-je ?, 1994,128p.

---

1- Nous savons que de tels chocs, s'ils ne sont pas suffisamment anticipés, peuvent se traduire par des déficits brutaux du commerce extérieur et des ruptures de croissance économique. -Retour-

Mon coup de coeur
l'Oasis Bellecombe

La cabane aux sorcières dans les arbres de l'éco-site Oasis Bellecombe

La cabane des sorcières dans les arbres sous la neige au réveil !

Deux super nuits passées (à 70 ans !) dans la cabane aux sorcières dans les arbres de l'éco-site Oasis Bellecombe avec la surprise de la neige au réveil ! A découvrir, en compagnie de Michel votre hôte passionné, par les amoureux de la nature et de sa conservation (accueil aussi en yourte, tipi, roulotte ou votre tente)

Galeries de gravures, illustrations sur l'environnement, la nature, le patrimoine...

 

Mes photos gratuites
Des centaines de photos libres de droits

 

Coloriages
des centaines de coloriages, dessins, gravures

 

Informations et documents
pour usages scolaires, educatifs, animation, loisirs...

 

Dessins
environnement et patrimoine

 

Timbres de France et du Monde

 

Coloriages, dessins, gravures

 



Classement de sites - Inscrivez le vôtre!

 

Faune, flore, champignons, jardinage, environnement, pédagogie, patrimoine...
Glossaires - Recherche - Macros - Photos - Vidéos - Liens - Plan du site
Patrimoine - Haut Pays - Mercantour - Vésubie - Ferme pédagogique 

Google
Recherche personnalisée

Page d'avant Page parente Page d'après

Mes autres sites et sites amis

Galerie de photos, dessins, gravures, illustrations sur l'environnement, la nature, le patrimoine...

Education à l'environnement le Blog : photos, dessins, gravures...

La Camargue, protection et développement d'un delta : 50 fiches documentaires

Les Moyens Pays de la Région PACA : fiches pédagogiques pour l'éducation à l'environnement

La ferme pédagogique de Roquebillière : accueil des groupes, classes, centres de loisirs...

Roquebillière : le  village

Haut  pays niçois : 8 vallées, 50 villages, le Mercantour

Jardinage traditionnel en Provence : légumes, fleurs, fruits, culture, soins

Jardins et jardinage expliqué par nos anciens

Proverbes et dictons : plusieurs milliers, nature, animaux, vie rurale...

Proverbes préférés ou insolites expliqués par des auteurs classiques

Mes photos gratuites : des centaines de photos libres de droits

Galerie de photos nature : fleurs, animaux, champignons, coloriages, gravures, timbres...

Coloriages, dessins, gravures : des centaines coloriages animaux,  plantes...

Dessins : des milliers d'images, illustrations, gravures, cliparts, peintures, lithographies anciennes

Timbres de France et du monde, nombreux thèmes, pays

Les fables de la Fontaine : toutes les fables avec illustrations

La Bible : intégrale avec définitions du vocabulaire

La Bible illustrée par Gustave Doré : 235 gravures

Chevaux Quarter Horses : élevage vente de poulains et pouliches

Fromage : fabrication artisanale de la tomme de vaches

Matelassier : matelas laine, fabrication, rénovation, artisan du haut pays niçois

Galeries de gravures, illustrations sur l'environnement, la nature, le patrimoine...

Informations et documents pour usages scolaires, éducatifs, animation, loisirs...

Timbres de France et du Monde

Coloriages, dessins, gravures

Préparation médecine PACES - Cogit'up

Histoire naturelle

 

-----

Dernière mise à jour du site le 05/10/2017
Toute remarque concernant ce site peut être envoyée au Webmestre
copyright © 2001-2017
RC